Gouvernance : légère amélioration en Afrique (Indice Mo Ibrahim)

La gouvernance en Afrique est en lente amélioration sur les dix dernières années, avec un recul concernant la sécurité et l’Etat de droit, selon l’indice de la fondation Mo Ibrahim publié lundi à Londres.

Ce rapport annuel, qui classe les pays en fonction de leur développement, porte sur dix ans, de 2008 à 2017. Il pointe les “bons élèves” qui ont enregistré des progrès comme le Kenya (passé du 19e au 11e rang), le Maroc (de 25 à 15) et surtout la Côte d’Ivoire (de 41 à 22), qui est aussi le pays présentant la plus grande progression en matière de gouvernance (+12,7 points).

L’Indice annuel de la gouvernance en Afrique (IAG) est basé cette année sur plus de 100 indicateurs classés en quatre catégories : sécurité et État de droit, participation et droits de l’Homme, développement économique durable et développement humain. Il porte sur 54 pays.

Les cinq pays les plus performants en prenant en compte l’ensemble des indicateurs sont l‘île Maurice (79,5), suivi des Seychelles (73,2) du Cap-Vert (71,1) de la Namibie (68,6) et du Botswana (68,5).

La Somalie (13,6) arrive dernière, derrière le Soudan du Sud (19,3), la Libye (28,3), qui a connu la pire détérioration sur dix ans (-15,6), l‘Érythrée (29,3) et la République centrafricaine (29,5).

Sur l’ensemble des pays, la détérioration la plus marquée concerne la sécurité des personnes (-6,1 points), puis la sécurité nationale (-4,4 points), ainsi que le climat des affaires, en baisse de 4,9 points. Le Maroc est le pays qui progresse le plus pour l’ensemble du développement économique durable, avec + 14,1 points.

Au plan de la santé, le rapport relève une amélioration notable de plus de 7,6 points mais note un “déclin préoccupant” en matière d‘éducation sur les cinq dernières années et pratiquement pas de progrès concernant la protection sociale.

Riche homme d’affaires, Mo Ibrahim avait revendu en 2005 son entreprise de téléphonie mobile, Celtel, avant de créer en 2006 sa fondation, dont le siège est à Londres et qui se donne pour mission de promouvoir la bonne gouvernance en Afrique.

La Fondation octroie ponctuellement un prix doté de 5 millions de dollars à un chef d‘État africain ayant quitté le pouvoir et qui a fait preuve d’une bonne gouvernance.

AFP

Dans la même rubrique

Yémen : les loyalistes progressent à Hodeida, mais les rebelles résistent

La bataille de Hodeida se poursuit. Les forces loyalistes et la coalition commandée par l’Arabie saoudite tentent de reprendre cette importante ville portuaire aux rebelles houthis du Yémen. La (...)

Libye : une conférence pour la sortir du chaos.

Lundi prochain à Palerme en Italie s’ouvre une conférence internationale sur la Libye en présence des principaux protagonistes locaux du conflit. C’est une manière de lancer un processus électoral et (...)

Réunion de Palerme : le Premier ministre Sarraj réclame une "vision commune" sur la Libye

Le chef du gouvernement libyen reconnu par la communauté internationale, Fayez al-Sarraj, a appelé jeudi la communauté internationale à adopter enfin "une vision commune vis-à-vis du dossier libyen" à (...)

Madagascar : La CENI en plein préparatifs pour l’Election Présidentielle

A quelques jours de l’élection présidentielle à Madagascar, la CENI fait une démonstration pour présenter le bulletin unique et expliquer aux électeurs le déroulement du vote. « Lorsque l’électeur (...)

Commentez