Le Honduras et le Guatemala veulent mettre fin aux caravanes de migrants

Le Honduras et le Guatemala veulent s’attaquer aux problèmes qui poussent leurs concitoyens à fuir le pays. C’est le message des deux chefs d’Etat de ces deux pays d’Amérique centrale après s’être rencontré le 5 novembre dans la capitale hondurienne. Le Honduras, tout comme le Guatemala, le Nicaragua et le Salvador sont au cœur d’une polémique aux Etats-Unis depuis que plusieurs caravanes de migrants d’Amérique centrale tentent de rejoindre la frontière américaine. Donald Trump a déclaré sa volonté de déployer entre 10 000 et 15 000 soldats à la frontière pour les empêcher de rentrer, n’hésitant pas à dire que ces soldats pourraient tirer sur les migrants si ces derniers se mettaient à jeter des pierres.

« Il est temps d’investir dans ces pays » pour enrayer cette vague migratoire. Voilà le message qu’ont souhaité faire passer lundi 5 novembre, Juan Orlando Hernandez, le président hondurien et son homologue guatémaltèque Jimmy Morales. Un message qu’ils veulent également transmettre au Salvador.

Ces trois pays, ainsi que le Nicaragua, sont au cœur d’une polémique depuis le 13 octobre et le départ de San Pedro de Sula au Honduras d’une caravane de migrants. Ces derniers fuient leurs pays faute d’emplois, ou à cause de la violence. « Nous invitons les investisseurs, qu’ils soient nationaux ou étrangers, qui souhaitent investir dans nos pays, tant dans les domaines publics que dans celui des infrastructures pour les services de base » a notamment déclaré Jimmy Morales lors d’une conférence de presse. Des chefs d’Etats qui veulent également s’attaquer aux organisateurs de ces caravanes qui mentent aux migrants selon eux puisqu’ils leur auraient promis de l’argent, de la nourriture et des moyens de transport durant tout le trajet.

Jimmy Morales et Juan Orlando Hernandez invitent d’ailleurs le Mexique, les Etats-Unis et bien entendu le Salvador à travailler de concert pour enquêter sur les personnes qui font la promotion de ces caravanes. Un sujet qui sera au coeur des discussions lors du prochain sommet ibero-américain prévu la semaine prochaine au Guatemala.

Avec RFI

Dans la même rubrique

Cameroun : Biya prête serment dans un climat de tension

Le président camerounais Paul Biya, 85 ans, dont 36 au pouvoir, prête serment mardi pour un 7e mandat dans un climat de tension, au lendemain de l’enlèvement de 79 élèves en zone anglophone frappée par (...)

Iran : Rohani promet de contourner « avec fierté » les sanctions américaines

Le jour même où les nouvelles sanctions américaines, qui visent à réduire à zéro les exportations pétrolières de l’Iran, entrent en vigueur, le président Hassan Rohani a dénoncé la guerre économique (...)

Commentez