Burkina : les cafés restaurants au sein des écoles, une activité rentable à encourager

Les difficiles conditions de vie dans des pays en voie de développement comme le Burkina Faso demeurent une préoccupation majeure. Pour pallier cette situation, nombreux sont ceux qui entreprennent de petits commerce dans les coins de rues et les écoles. Ces commerces jouent un rôle important dans la vie des citoyens burkinabè et dans de nombreux foyer. Pendant cette période de cours, les propriétaires de Café-restaurants et de Kiosques situés aux alentours des écoles et Universités font de bonnes affaires.

Jadis, le commerce était considéré comme échange de marchandise mais de nos jours, il est devenu un moyen pour se faire de l’argent. Ainsi nous assistons à la création des kiosques dans les artères de la ville de Ouagadougou. Afin de subvenir à leurs besoins quotidiens, hommes et femmes s’adonnent à cette activité jugée lucrative par certaines personnes même si les difficultés existent.

Généralement, dans ces kiosques, le menu est varié et y trouve entre autres les sandwichs, du café, de l’eau glacé, des jus naturels tous les matins. Dans la soirée on y trouve des variétés telles que le riz et le haricot.

Pour les jus, les prix varient de 50 f CFA à 150fCFA, 100f à 150fCFA pour les sandwichs et pour ce qui concerne le riz et le haricot, les prix sont compris entre 100 FCFA à 25O FCFA et ce, en fonction des besoins et de la demande des clients.

Pour certains gérants des kiosques, les meilleurs clients restent les élèves car selon eux, avec les élèves c’est du cash et ils peuvent vendre le triple de ce qu’ils gagnent hors des établissements. « Cette activité est rentable plus que les gens ne le pense. Je peux faire une recette de 40.000 FCFA par jour », témoigne madame Haro Salimata/ Borro, gérante de kiosque au lycée technique Dr Bruno.

Cette activité est jugé lucrative par certaines personnes, mais cela demande beaucoup de moyens et de passion. « J’ai commencé ce travail depuis 2017 et aujourd’hui je suis patronne de deux kiosques. C’est pour dire que si tu aimes ce que tu fais il n’y a pas de raison que tu ne progresses pas », déclare Mme Ouédraogo, gérante de kiosque au lycée Mixte de gounghin.

En croire certaines personnes, cette activité est rentable mais demande beaucoup de patience. Mme Haro va plus loin en indiquant que cette activité est réductrice de chômage. « Je n’ai pas eu la chance d’aller à l’école mais aujourd’hui je ne me plein pas. Je peux dire que je contribue un temps soit peu à la réduction du chômage car j’emploie 5 personnes », renchérit Mme Haro.

Quant aux les élèves, principaux clients, c’est une belle initiative que d’avoir installé ces kiosques au sein des écoles car cela leur permet de gagner en temps et d’éviter des accidents au bord des voies bitumées.

« Je demande aux autorités de soutenir et d’encourager ces mamans à travers des actions fortes car elles font beaucoup pour nous les élèves », a dit Dianda Cheick, élève au lycée Dr Bruno.

Nana Pawendsida laisse entendre que la présence de kiosque dans les lycées est une bonne chose car selon lui cela leur permet d’économiser de l’essence et d’avoir plus de temps à se consacrer aux études. « Mon souhait est que l’Etat leur accorde des financements qui va certainement leurs permettre d’agrandir ce projet d’entreprise », a ajouté Dianda Cheick.

Elle exhorte les autorités à accorder plus d’intérêt à leur secteur d’activité et de prendre en compte leurs préoccupations. Au nombre des difficultés relevées, il y a la non structuration de ce secteur qui pourrait réduire le chômage.

Oncle Berma
Refletafrique.net

Dans la même rubrique

Augmentation du prix du carburant : un devoir de vérité et de responsabilité.

Face à la presse de son pays qui l’a accompagné en France, et au sujet de l’augmentation du prix du carburant, le président du Faso n’a pas fait dans la langue de bois. Roch Marc Christian Kaboré a (...)

Burkina Faso : Une délégation de la BRVM reçue par le Premier Ministre

Une délégation de la Bourse de régional des valeurs mobilière conduite par Edoh Kossi Amenouvé, Directeur Général de la BRVM et DC/ BR de UEMOA a été reçue ce lundi 12 novembre par le premier ministre (...)

Commentez