Energies renouvelables au Burkina : Une coalition prête à faire le plaidoyer des équipements de qualité.

La coalition nationale pour le développement des énergies renouvelables (CNPDER), a organisé une caravane ce mercredi 07 novembre 2018, dans la ville de Ouagadougou. Cette caravane effectuée dans la périphérie sud de la capitale, avait pour but d’aller vers les populations locales avec les énergies renouvelables de qualités.

19 organisations de la société civile œuvrant dans la promotion des énergies renouvelables se sont réunies en coalition depuis quelques mois pour faire de l’accessibilité aux produits de qualité une réalité au Burkina Faso.

Ce mercredi sur un porte char, accompagné d’une animation musicale, plusieurs organisations de la société civile et des entreprises spécialisées dans les énergies renouvelables ont arpenté quelques artères de la ville, allant des alentours du SIAO au quartier Yamtenga de Ouagadougou.

Sur place, une exposition de plusieurs produits a été faite à l’endroit des populations, des étudiants et des journalistes ayant fait le déplacement.

« Dans un premier temps c’est de faire connaitre la coalition, et de faire connaitre les équipement et les services qu’on peut offrir aux populations. Dans n’importe quel point de rue vous retrouver des panneaux solaires mais il faut travailler à ce que les équipements soient de qualité et avoir des installateurs bien formés » a tenu à préciser Charles Didas Konseibo, président de la coalition nationale pour le développement des énergies renouvelables.

La question de la régulation a été au centre des débats entre la coalition et les différents acteurs. Il est ressorti que plusieurs personnes sont mécontentes du fait de la mauvaise qualité de certains produits solaires et autres.

Pour la coalition, après avoir mené le combat de la détaxation de ce type de matériel, le gouvernement se doit de travailler à la régulation afin que les produits importés soient de bonne qualité. Présent sur place, le représentant du ministère de l’énergie a rassuré que des mesures sont déjà prises avec la création et l’opérationnalisation de l’ANERE même si cela prend un peu plus de temps que prévu.

Plusieurs recommandations ont été fait lors de cette activité, et les membres de la coalition rassurent que des actions de plaidoyer seront menées dans les jours à venir en vue d’œuvrer à une réelle prise en compte des difficultés soulevées.

Ibrahim Dianda
Refletafrique.net

Dans la même rubrique

Burkina Faso : recyclage des bidons, une action citoyenne

Les déchets plastiques constituent un phénomène qui reste préoccupant. Malgré les actions menées pour le changement de comportement, la pollution de l’environnement à travers ces déchets persiste. Dans (...)

Burkina Faso : Accès durable pour tous à l’eau potable et assainissement, un défi à relever

Dans le cadre de la mise en œuvre du plan stratégique de l’Assemblée Nationale, la Commission du Développement Economique, de l’Environnement et des Changements Climatiques(CODECC) avec (...)

Commentez