RDC : Martin Fayulu désigné candidat unique de l’opposition à la présidentielle

Martin Fayulu a été désigné candidat unique de l’opposition pour les élections du 23 décembre en République démocratique du Congo. C’est le choix des sept principaux chefs de file de l’opposition à l’issue de trois jours de négociations facilitées par la Fondation Kofi Annan. Le candidat de la Dynamique de l’opposition ne faisait pas figure de favori face à Félix Tshisekedi de l’UDPS et Vital Kamerhe de l’UNC, mais à l’issue d’un vote, c’est bien lui qui a été choisi.

A 61 ans, le député Martin Fayulu n’est sans doute pas le plus connu des opposants congolais. Mais cet ancien directeur d’Exxon Mobile, président de l’Ecidé (Engagement pour la Citoyenneté et le Développement), a été de toutes les grandes manifestations depuis 2015 et le début combat contre le troisième mandat de Joseph Kabila.

Dans la rue en janvier 2015, dans la rue en septembre 2016, il avait même été blessé, présent également lors des marches des laics chrétiens. C’est le partisan d’une ligne sans concession face à la coalition au pouvoir. Il a convaincu par sa constance, lui qui n’a jamais trahi, assurent ses proches.

Quand l’information s’est répandue, bien avant l’annonce officielle, beaucoup n’y croyaient pas surtout parmi les cadres de l’UDPS et de l’UNC qui affirmaient qu’il n’avait ni le poids politique d’un Félix Tshisekedi, ni même celui d’un Vital Kamerhe. « Peut-être, mais il aura derrière la plus grande coalition de l’opposition qu’on n’ait jamais vu en RDC », dit-on dans l’entourage des sept.

Au cours de la conférence de presse, l’ancien vice-président Jean-Pierre Bemba a défendu ce choix en lingala, c’est aux leaders de faire accepter ce choix à leurs bases. C’est aussi ce qu’a dit Félix Tshisekedi de l’UDPS dont certains des cadres avaient affirmé que c’était Tshisekedi ou rien. Ce dernier a reconnu que ce serait sans doute très dur pour sa base, mais que l’opposition avait choisi de se livrer à un exercice démocratique et qu’il était prêt à s’incliner. Ce sera en tout cas la première fois que l’opposition arrivera unie à une élection au Congo.

« Je veux remercier l’éternel Dieu tout-puissant et les leaders de l’opposition », a déclaré Martin Fayulu lors d’une conférence de presse. « Moi je ne suis qu’un porte-parole, le porte-parole de notre combat pour la liberté. Le peuple congolais a besoin de leaders que lui-même va choisir », a-t-il ajouté.

Quel sentiment j’ai ? C’est un sentiment de joie que mes collègues, leaders de l’opposition, m’aient fait confiance pour être à la tête pour cette candidature commune de l’opposition. Donc, maintenant le combat est engagé pour obtenir les élections crédibles, transparentes, inclusives et apaisées, c’est-à-dire ce combat où nous devons tout faire pour que ces élections soient conformes à la loi électorale et conformes au calendrier électoral (...). C’est-à-dire sans machine à voter et sans fichier électoral corrompu avec des fictifs et continuer à obtenir la décrispation politique dans notre pays.
Martin Fayulu : « Le combat est engagé pour obtenir les élections crédibles, transparentes, inclusives et apaisées...sans machine à voter »

RFI

Dans la même rubrique

Tchad : l’opposition tchadienne a réagi face aux frappes françaises contre des rebelles !

Au Tchad, la polémique continue au sujet des frappes françaises qui ont stoppé la progression des rebelles de l’Union des forces de la résistance (UFR), qui affirmaient vouloir descendre sur la (...)

États-Unis : Donald Trump va déclarer l’état d’urgence nationale pour construire son mur

Une nouvelle paralysie partielle de l’administration fédérale va être évitée aux Etats-Unis. La Chambre des représentants a voté la loi de financement, déjà approuvée par le Sénat. La Maison Blanche (...)

Présidentielle au Sénégal : Macky Sall vise une réélection au premier tour

Le Sénégal vote le 24 février pour une élection présidentielle que le sortant Macky Sall, confronté à une concurrence inhabituellement clairsemée dans un pays friand de débat démocratique, compte bien (...)

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro lance un « comité politique »

Une semaine après avoir démissionné de la présidence de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Guillaume Soro recevait la presse, ce vendredi 15 février chez lui à Marcory, pour créer un « comité (...)

Commentez