Affaire Carlos Ghosn : dégoût et écoeurement à l’usine Renault de Flins

La déflagration de l’affaire Carlos Ghosn atteint les usines de l’alliance Renault-Nissan. Colère et dépit, ce sont les réactions à la sortie de l’un des plus importants centres de fabrication de voitures Renault à Flins, près de Paris, à l’annonce du détournement de plusieurs millions d’euros de leur patron. Reportage.

« Carlos Ghosn démission ! » lance un salarié de l’usine. L’écoeurement et le choc sont visibles aux portes de l’usine Renault. Beaucoup de salariés ont appris la fraude fiscale et le détournement de plusieurs millions de leur patron alors qu’ils étaient en plein travail.

Parmi les surpris, Norredine. Cet intérimaire depuis des années est tombé de haut : « Moi, en tant qu’intérimaire, je suis écoeuré. Moi, je suis dégoûté. Nous les intérimaires, on a du mal à se faire embaucher. Les postes ne sont pas bien adaptés. Les salaires, ça fait des années qu’ils descendent au lieu de monter. Et là, on apprend une grosse escroquerie. Ça n’avance donc pas dans le bon sens. »

Steven est également intérimaire. Il se dépêche pour prendre la relève à 13h. Et on lui apprend que son patron aurait détourné des millions d’euros : « C’est une chose qui est dure à apprendre. Vu comment on se donne pour travailler ici. Du coup, ça choque un peu. ça dégoute même. On se donne vraiment à 100%. Et on se fait allumer tous les jours pour des résultats qui pour eux ne sont pas très bons alors que le travail qu’on fait, il s’envole comme ça. »

D’autres comme Jean Pierre, 15 ans chez Renault, avouent ne plus être surpris, quelque peu fatalistes : « Ça ne m’étonne pas. Car l’argent appelle l’argent. »

Du côté des syndicats, la CGT pourrait se saisir de l’affaire pour réclamer une hausse des salaires gelés voire en baisse chez les 2 500 employés dont 2000 intérimaires. Ali Kaya, secrétaire du syndicat à l’usine de Flins, exprime lui aussi son dégoût : « Ça fait des années qu’il détourne de l’argent de la poche des travailleurs. Vous savez, il gagne 45 000 euros par jour. Or cela fait belle lurette qu’il aurait du être arrêté. Et ça, c’est légal. Donc moi ce qui me choque, c’est que des gens puissent gagner des sommes aussi énormes et que finalement ça ne leur suffise jamais. Ça montre à quel point cette classe bourgeoise est dégénérée. Parce que gagner autant d’argent et vouloir en gagner encore plus, il y a un problème quasi pathologique. Et ça ne choque personne ! C’est tout le système qui est pourri. Tout cela sur le dos des travailleurs. D’ailleurs, dans cette usine, il y a 2000 intérimaires qui sont payés au Smic, et cela, ça ne choque personne. Mais nous, cela fait très longtemps que nous sommes choqués. Mais voilà, ce comportement est abject. »

Carlos Ghosn, entre réussites et polémiques

Vénéré quasiment comme un chef d’Etat, on lui reconnaît d’avoir sauvé Nissan, fleuron industriel de l’archipel, au bord de la faillite en 1998. Carlos Ghosn, citoyen du monde, d’origine libanaise, né au Brésil, et devenu Français, une réputation de « cost killer », des économies et une stratégie qui font la réussite du groupe à l’international. Une alliance Nissan-Mitsubishi et Renault, l’ambition de devenir le premier constructeur automobile au monde. Près de 10,6 millions de voitures vendues l’an dernier, mieux que ses rivaux Toyota ou Volkswagen.

Une stratégie d’expansion notamment dans les pays émergents. Mais beaucoup de critiques, particulièrement en France. Les syndicats parlent d’un dialogue social extrêmement difficile, accusent Carlos Ghosn de ne pas suffisamment miser sur les talents locaux. Et puis, il y a la polémique sur son salaire, près de 16 millions d’euros l’an dernier.

Cette affaire qui éclate au Japon conforte ses détracteurs. D’autant que Carlos Ghosn ne se serait pas contenté de cacher son salaire au fisc. De l’aveu même de la direction de Nissan, il a détourné de l’argent de la société pour son profit personnel. Le groupe, dont le siège a été perquisitionné, demande son départ. Mitsubishi pourrait faire de même. Renault convoquera un conseil d’administration, au plus vite.

RFI

Dans la même rubrique

Angleterre / Rejet de l’accord de Brexit : Theresa May plie mais ne rompt toujours pas

Mardi 12 mars, devant la Chambre des communes, Theresa May, la voix fatiguée, a regretté la décision des parlementaires britanniques. Par 391 voix contre 242, ils ont rejeté l’accord de sortie de (...)

Economie : Le Tchad consolide ses liens commerciaux avec le Cameroun

C’est le début d’une expérience dans le ciel tchadien et probablement africain. Ce mardi, le Bombardier Dash Q 400 de la compagnie Tchadia Airline a quitté l’aéroport international de N’Djaména pour (...)

Pétrole : le Qatar annonce son retrait de l’Opep

Le Qatar va quitter en janvier l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), a annoncé lundi le nouveau ministre de l’Energie de l‘émirat gazier. “Le Qatar a décidé de se retirer comme (...)

Espagne : Le beau-frère du roi a été incarcéré pour détournement de fonds

Le beau-frère du roi d’Espagne, Iñaki Urdangarin, a été condamné en appel à cinq ans et dix mois de prison pour détournement de fonds.Il a été incarcéré ce lundi 18 juin 2018, d’après l’administration (...)

Commentez