Sénégal : le pouvoir accusé d’"affaiblir la société civile" avant la présidentielle

Des ONG ont dénoncé mercredi une volonté des autorités sénégalaises “d’affaiblir la société civile” à l’approche de l‘élection présidentielle, après le retrait de l’agrément d’une d’entre elles accusée d’avoir financé de manière illicite le mouvement citoyen Y’en a Marre.

Le 16 novembre, l’ONG Lead Afrique Francophone (LAF), dont l’objectif est de “développer en Afrique un leadership sensible au développement durable” et qui est partenaire de Y’en a Marre, s’est vu retirer son agrément et ordonner la cessation immédiate de ses activité au Sénégal.

Le ministre de l’Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye, a justifié cette interdiction en accusant Y’en a Marre d’avoir reçu des financements illégaux, selon la presse locale.

“L’Etat du Sénégal cherche à savoir la source de certains financements, leur montant et leur destination”, a précisé auprès de l’AFP une source proche du ministère de l’Intérieur.

“Il faut qu’ils rendent eux aussi des comptes et nous disent de quoi ils vivent en passant leur temps à insulter les gens matin et soir et en ne travaillant pas”, a ajouté cette source.
“Les ONG déterminées à protéger l’espace civique”

Pour le coordinateur de Y’en a Marre, Fadel Barro, en s’en prenant à son mouvement et à ses partenaires, l’Etat veut “affaiblir la société civile”, a-t-il expliqué lors d’une conférence de presse mercredi soir à Dakar.

“L’enjeu est que la société civile, qui est équidistante des organisations politiques, joue son rôle pendant les élections”, a-t-il dit, alors que le premier tour de la présidentielle, pour laquelle le président Macky Sall devrait briguer un second mandat, est prévu le 24 février.

“Nous ne finançons pas Y’en a Marre. Nous n’avons jamais financé Y’en a Marre. Nous l’accompagnons dans l’exécution d’activités”, a pour sa part assuré le représentant de Lead, Moussa Mbaye Gueye.

Mouvement citoyen, Y’en a marre était à la pointe du combat contre un troisième mandat du président Wade (2000-2012). Il a depuis pris part à des manifestations contre une nouvelle loi électorale qu’a fait adopter son successeur, Macky Sall, ou pour réclamer la fin du franc CFA.

Les ONG sont des “organisations déterminées à protéger l’espace civique”, a souligné devant la presse Sadikh Niass, responsable de l’organisation Rencontre africaine pour la défense des Droits de l’Homme (RADDHO).

AFP

Dans la même rubrique

Gabon : Le Président Ali Bongo Ondimba limoge ses proches cités dans l’affaire de trafic de bois précieux.

Ce mardi 21 mai 2019, le président gabonais Ali Bongo Ondimba a annoncé le limogeage de son vice-président Pierre Claver Maganga Moussavou, ainsi que celui du ministre des Forêts et de (...)

Libye : Macron reçoit le maréchal Haftar

Pour la première fois Emmanuel Macron reçoit ce 22 mai à l’Élysée le maréchal Haftar. Deux semaines plutôt, c’était Fayez el-Sarraj, le Premier ministre du gouvernement d’union nationale, qui était reçu à (...)

Au Cameroun, Biya refuse le dialogue avec Kamto

Un dialogue entre le chef de l’Etat camerounais, Paul Biya et l’opposant Maurice Kamto ? Le ministre camerounais de la Communication René Sadi, invité sur RFI, n’a pas fait de détour autour de la (...)

Muhammadu Buhari réélu pour un second mandat à la tête du Nigeria

Muhammadu Buhari a été réélu président du Nigeria, pays le plus peuplé d’Afrique avec ses 190 millions d’habitants avec 56% de voix, selon les résultats communiqués par la commission électorale (INEC) (...)

Commentez