Sénégal : le pouvoir accusé d’"affaiblir la société civile" avant la présidentielle

Des ONG ont dénoncé mercredi une volonté des autorités sénégalaises “d’affaiblir la société civile” à l’approche de l‘élection présidentielle, après le retrait de l’agrément d’une d’entre elles accusée d’avoir financé de manière illicite le mouvement citoyen Y’en a Marre.

Le 16 novembre, l’ONG Lead Afrique Francophone (LAF), dont l’objectif est de “développer en Afrique un leadership sensible au développement durable” et qui est partenaire de Y’en a Marre, s’est vu retirer son agrément et ordonner la cessation immédiate de ses activité au Sénégal.

Le ministre de l’Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye, a justifié cette interdiction en accusant Y’en a Marre d’avoir reçu des financements illégaux, selon la presse locale.

“L’Etat du Sénégal cherche à savoir la source de certains financements, leur montant et leur destination”, a précisé auprès de l’AFP une source proche du ministère de l’Intérieur.

“Il faut qu’ils rendent eux aussi des comptes et nous disent de quoi ils vivent en passant leur temps à insulter les gens matin et soir et en ne travaillant pas”, a ajouté cette source.
“Les ONG déterminées à protéger l’espace civique”

Pour le coordinateur de Y’en a Marre, Fadel Barro, en s’en prenant à son mouvement et à ses partenaires, l’Etat veut “affaiblir la société civile”, a-t-il expliqué lors d’une conférence de presse mercredi soir à Dakar.

“L’enjeu est que la société civile, qui est équidistante des organisations politiques, joue son rôle pendant les élections”, a-t-il dit, alors que le premier tour de la présidentielle, pour laquelle le président Macky Sall devrait briguer un second mandat, est prévu le 24 février.

“Nous ne finançons pas Y’en a Marre. Nous n’avons jamais financé Y’en a Marre. Nous l’accompagnons dans l’exécution d’activités”, a pour sa part assuré le représentant de Lead, Moussa Mbaye Gueye.

Mouvement citoyen, Y’en a marre était à la pointe du combat contre un troisième mandat du président Wade (2000-2012). Il a depuis pris part à des manifestations contre une nouvelle loi électorale qu’a fait adopter son successeur, Macky Sall, ou pour réclamer la fin du franc CFA.

Les ONG sont des “organisations déterminées à protéger l’espace civique”, a souligné devant la presse Sadikh Niass, responsable de l’organisation Rencontre africaine pour la défense des Droits de l’Homme (RADDHO).

AFP

Dans la même rubrique

Burkina Faso : Le gouvernement Kaba Thiéba jette l’éponge !

Dans un contexte de menaces terroristes et de grogne sociale, le Premier ministre Paul Kaba Thiéba a présenté, vendredi dernier, sa démission ainsi que celle de son gouvernement. Le premier ministre (...)

Burkina Faso : Le nouveau premier ministre désormais connu.

La nouvelle était attendue depuis l’annonce de la démission de Paul Kaba Thieba. C’est désormais chose faite depuis ce jour 21 janvier 2019. Le président du Faso a nommé par décret, et lu par le (...)

Elections en RDC : l’UA « reporte » sa visite prévue lundi à Kinshasa

L’Union africaine renonce a envoyer une délégation de chefs d’Etat à Kinshasa ce lundi, comme elle l’avait annoncé. Dans une récente déclaration, plusieurs membres de l’organisation dont son président en (...)

Zimbabwe : le temps de Robert Mugabe ou Emmerson Mnangagwa ?

Si le Zimbabwe peut se féliciter d’avoir mis fin (à temps) aux contestations contre la récente hausse des prix du carburant, la répression sanglante et de nombreuses arrestations font penser à la (...)

Commentez