Burkina Faso : la justice française favorable à l’extradition de François Compaoré

La justice française a rendu un avis favorable à la demande d’extradition du petit frère de Blaise Compaoré vers le Burkina Faso dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat de Norbert Zongo. Mais ce dernier ne devrait pas être extradé de sitôt, car sa défense dispose encore de plusieurs procédures judiciaires pour contester cette décision.

Timing symbolique pour une décision historique. Quelques jours avant la vingtième commémoration de l’assassinat de Norbert Zongo et de ses trois camarades, le 13 décembre 1998, la chambre d’instruction de la cour d’appel de Paris a rendu un avis favorable à la demande d’extradition de François Compaoré vers le Burkina Faso.

Des recours possibles
En France depuis la chute du régime de son frère aîné, Blaise Compaoré, en 2014, le « petit président » ne devrait pourtant pas être extradé dans les semaines, ni même les mois, à venir. Sa défense peut encore formuler plusieurs recours judiciaires, à commencer par un pourvoi en Cassation, pour contester cette décision.

Les magistrats burkinabè en charge de l’enquête sur l’assassinat de Norbert Zongo et de ses compagnons souhaitent entendre François Compaoré sur cette affaire, dont il est considéré comme le principal suspect. Visé par un mandat d’arrêt international émis par le Burkina Faso, il avait été interpellé le 29 octobre 2017 à l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle, à Paris. Il est depuis placé sous contrôle judiciaire en France, où il réside avec sa famille.

Ibrahim DIANDA avec Jeune Afrique

Dans la même rubrique

Burkina Faso : Le nouveau gouverneur de l’Est est installé dans ses fonctions

L’Est du Burkina est la plus grande région du pays. Depuis le début des attaques terroristes au Burkina Faso, la région de l’Est est la zone la plus vulnérable, en proie à de nombreuses attaques. Au (...)

RDC : Felix Tshisekedi rapatrie la dépouille mortelle de son père à Kinshasa

Depuis sa mort en Février 2017, la dépouille mortelle du célèbre opposant congolais Etienne Tshisekedi est restée en Belgique. Deux ans près, avec l’arrivée de son fils à la présidence de la République (...)

Commentez