Tunisie : les enseignants réclament de meilleures conditions salariales

En Tunisie la colère des enseignants ne faiblit pas. Mercredi, ils étaient des centaines dans les rues à Tunis. Ils réclament de meilleures conditions salariales, une retraite anticipée et une réforme de l‘éducation.

En rappel, depuis, l’année dernière, les enseignants des lycées et des collèges descendaient régulièrement dans les rues de Tunis à l’appel de leur syndicat.
« Nos revendications ont été réduites à de simples revendications monétaires. Oui, bien sûr, nous avons des revendications salariales, mais nous voulons aussi d’autres choses. Le plus important est la protection de la gratuité de l’enseignement, la protection des étudiants et de leurs établissements, ainsi qu’une loi qui protège également les enseignants. En tant qu’enseignants, nous n’avons pas de lois pour nous gouverner, et même aujourd’hui nous sommes réunis ici sans le soutien d’un parti politique, mais malgré tout, une chose nous unit et c’est la défense de nos droits », a indiqué un syndicat
« Nous exigeons une réforme de l‘éducation et une amélioration de nos salaires. Notre pouvoir d’achat (des enseignants) s’est détérioré, ce sont les deux demandes les plus importantes. La demande la plus pressante est que le ministre de l‘éducation ou le Premier ministre nous présente des solutions à nos demandes », ajoute-til
Dans les autres villes du pays, les enseignants se sont rassemblés pour réclamer la démission ministère de l‘éducation Hatem Ben Salem, l’accusant d‘être le frein à l’avancée des négociations.

Oncle Berma
Refletafrique.net avec africanews

Dans la même rubrique

Burkina : « Le malaise est profond au ministère de la justice », Syndicat des Greffiers

Le Syndicat des Greffiers du Burkina (SGB) de concert avec le Syndicat National des Greffiers(SYNAG) ont animé une conférence de presse ce mercredi 24 avril 2019 à Ouagadougou. Objectif faire savoir (...)

Libye : des dirigeants africains demandent "l’arrêt immédiat" des combats

Plusieurs dirigeants africains ont demandé mardi “l’arrêt immédiat et inconditionnel” des combats en Libye, à l’issue d’un sommet au Caire sous la houlette du chef de l’Etat égyptien Abdel Fattah (...)

Burundi : trois écolières écrouées pour avoir gribouillé la photo du président

Au Burundi, on ne blague pas avec la photo ou l’image du président. Trois écolières de la province de Kirundi, dans le nord-est du Burundi ont été arrêtées la semaine dernière pour des gribouillages sur (...)

Cameroun : l’opposition annule des manifestations prévues samedi

Le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), parti de l’opposant Maurice Kamto arrêté lundi, a décidé d’annuler des manifestations prévues samedi dans plusieurs villes du pays pour réclamer sa (...)

Commentez