Procès du putsch manqué au Burkina : Djbrill Bassolé réfute toute responsabilité dans le coup de force

Devant le tribunal militaire de Ouagadougou, le Général Djibril Bassolé a rejeté toute reponsabilité dans le putsch manqué de septembre 2015. Considéré comme l’un des cerveaux présumés de ce coup de de force, le Général Bassolé reconnait avoir parlé à plusieurs personnes résidant hors du Burkina Faso, cependant dans le cadre de la recherche de solutions d’une sortie de crise, non dans le but de faire venir des forces étrangères pour soutenir les soldats de l’ex-régiment de sécurité présidentielle.

Le général Djbrill Bassolé explique que c’est par un message qu’il a appris l’arrestation des autorités de la transition. Il a décidé alors de s’installer à Koudougou, à une centaine de kilomètres de la capitale afin de suivre de loin les événements. Il assure avoir eu des contacts téléphoniques avec plusieurs personnalités étrangères, mais dans le seul but de rechercher des solutions à la crise.
Maitre Guy Hervé Kam affirme qu’un grand pas a été franchi avec les premières déclarations du général Djibril Bassolé : « Le contenu même de ces échanges-là, tel que le général le donne, n’est pas totalement différent de ce qu’on a dans ses écoutes. Maintenant, on va pouvoir discuter des nuances, mais je dis que, aujourd’hui, on a franchi un grand pas parce que ça n’aurait pas du tout été la même chose si le général venait nous dire qu’il n’a jamais eu ces communications. »
Selon maitre Dieudonné Bonkoungou, l’un des avocats de l’accusé, c’est le contenu des conversations téléphoniques présentées par le parquet militaire que son client ne reconnait pas : « Il en a parlé avant même que l’on évoque quelques éléments sonores que ce soit. Et ce qu’il a toujours dit, mais cela n’accrédite pas l’élément principal, d’ailleurs, qui est retenu contre lui, la conversation Bassolé - Soro qui est pour nous, on va le démontrer, un trucage. »
Il précise que vu ses relations avec le général Gilbert Dienderé, si celui-ci avait préparé et organisé le coup de force, il l’aurait certainement informé.

Refletafrique.net avec RFI

Dans la même rubrique

Libye : des dirigeants africains demandent "l’arrêt immédiat" des combats

Plusieurs dirigeants africains ont demandé mardi “l’arrêt immédiat et inconditionnel” des combats en Libye, à l’issue d’un sommet au Caire sous la houlette du chef de l’Etat égyptien Abdel Fattah (...)

La RD Congo : prochaine cible de l’internationale djihadiste en Afrique ?

Plus grand pays d’Afrique sub-saharienne, l’instable République démocratique du Congo est-elle dans le viseur de l’islam radical ou des mouvements affiliés à l’internationale djihadiste qui opèrent dans (...)

Attaque gendarmerie Kongoussi/Burkina : trois victimes collatérales

La gendarmerie de Kongoussi a été attaquée ce mercredi 06 février 2019 par des assaillants. Une femme qui était sur le point d’accoucher et son accompagnant ont été mortellement atteints lors de ladite (...)

Burkina Faso : L’état d’urgence décrété dans les zones fortement attaquées.

Réuni en conseil de ministres extraordinaire ce lundi 31 décembre 2018, le conseil de ministre a décidé de décréter l’état d’urgence dans certaines régions du pays. Cette décision fait suites aux (...)

Commentez