Evacuation du général Bassole : ’’Djibril Bassole ne se soustraira jamais de la justice’’ Aziz Dabo porte-parole de la NAFA

Dans un communiqué officiel signé du porte-parole du gouvernement, l’opinion est informée de l’évacuation sanitaire du général de gendarmerie Djibril Bassole. Joint par Refletafrique.net Aziz Dabo, porte-parole de la NAFA a réagi à chaud sur cette affaire. Lisez !!!

Refletafrique.net : Le gouvernement par un communiqué annonce l’évacuation de Bassole, pouvez-vous nous en dire plus sur les conditions qui ont prévalu ?

Aziz Dabo : La justice militaire a accédé finalement à la requête des médecins traitants après l’internement du Gal à la clinique du cœur et l’intervention subie à l’hôpital Blaise Compaoré. Ceux-ci ont formulé le besoin pour le Gal d’accéder à des soins adéquats.
Cette décision a permis son évacuation par le Gouvernement du Burkina Faso après 4 ans de détention préventive.

Refletafrique.net : Peut-on parler de soulagement de votre niveau ?

Aziz Dabo : Soulagement oui car cela fait près de deux ans qu’il aurait dû bénéficier de cette évacuation car la libération provisoire ordonnée par la justice militaire était de lui permettre d’accéder à des soins adéquats. D’ailleurs à plusieurs reprises il a été interné en clinique et les médecins avaient suggéré son évacuation sanitaire pour des soins beaucoup plus appropriés .Malheureusement il a fallu attendre la dégradation de son état de santé pour qu’il puisse y aller.

Refletafrique.net : Beaucoup pensent que c’est une façon de se soustraire à la justice qu’il va profiter s’échapper et ne plus répondre, réaction ?

Aziz Dabo : C’est un raisonnement qui se passe de commentaires.
Le Général a toujours martelé qu’il ne se soustraira jamais de la justice d’ailleurs il a toujours voulu s’expliquer à l’opinion publique nationale et internationale qu’il n’a rien avoir avec cette machination politico-judiciaire qui n’est autre que la volonté des adversaires de ternir son image et de l’exclure définitivement de la scène politique .
Djibril Bassolé disait « Fuir le Burkina serait un aveu de culpabilité » disait-il le 29 janvier 2019.

Propos recueillis par Ibrahim DIANDA

Dans la même rubrique

États-Unis : l’ancien vice-président Joe Biden candidat à l’investiture démocrate

L’ancien vice-président Joe Biden, 76 ans, a annoncé sa candidature pour la course présidentielle de 2020 sur Twitter. Il a longtemps hésité se porter candidat, mais est tout de même en tête des (...)

Conseil des ministres : Le chef de l’Etat n’a jamais envisagé de négocier avec un quelconque groupe terroriste

Le traditionnel Conseil des ministres s’est tenu, ce mercredi 24 avril 2019, sous la présidence du Premier ministre, Christophe Marie Joseph Dabiré. Au sortir de ce rendez-vous hebdomadaire, le (...)

Commentez