Chapecoense : un rescapé du crash de 2016 meurt en jouant en foot

Rafael Henzel, l’un des six survivants du tragique accident d’avion qui avait décimé le club brésilien de Chapecoense en novembre 2016, a succombé à une crise cardiaque lors d’un match de football.

Rafael Henzel, un journaliste brésilien, est décédé mardi à 45 ans.

Si son nom vous dit quelque chose, c’est parce qu’il faisait partie des six rescapés de l’accident d’avion qui transportait la délégation du club brésilien de Chapecoense, le 28 novembre 2016 en Colombie.

71 personnes étaient décédées dans le crash et six avaient survécu : trois joueurs, deux membres d’équipage et Rafael Henzel. Celui-ci devait commenter à la radio la rencontre de Coupe du Brésil entre Chapecoense et Criciuma, ce mercredi, comme l’explique le média brésilien UOL.

Mais le quadragénaire a succombé mardi à une crise cardiaque lors d’un match de football. Il avait écrit un livre sur la tragédie - "Viva como se estivesse de partida" - et rentrait tout juste d’un séjour en Europe, où il avait présenté "Nossa Chape", un documentaire sur la reconstruction du club de Chapecoense après le drame.

En apprenant la nouvelle, la ville de Chapeco a décrété trois jours de deuil pour honorer la mémoire de Rafael Henzel, tandis que le club a demandé le report de la rencontre face à Criciuma.

Source : Média

Dans la même rubrique

Un prêtre se suicide au Sénégal après avoir été menacé par sa copine de révéler leur relation amoureuse : Elle risque une lourde peine de prison

Une histoire rocambolesque a été révélée le jeudi 16 mai, au tribunal de Dakar. Il s’agit du suicide du Frère Cerile Moma de la congrégation Saint Jean de Dieu pour, dit-on, échapper à une divulgation de (...)

Déclaré séropositif, un médecin réutilise à plusieurs reprises une seringue contaminée pour transmettre le VIH à plus de 430 enfants et 100 adultes

Erreur médicale ou acte conscient ? Nous ne saurons répondre mais le VIH aurait a priori été transmis à des centaines de personnes via une seringue contaminée, réutilisée à plusieurs reprises par un (...)

Commentez