Face aux Invalides, la foule salue la mémoire des militaires morts en héros

Dans le calme, des centaines de personnes sont venues assister, devant les Invalides, à l’hommage officiel rendu à Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello, les deux forces spéciales tuées au Burkina Faso. Seules deux salves d’applaudissements ont rompu le silence de plomb lors des passages du convoi funéraire.

Drapeaux bleu blanc rouge à la main, des dizaines de personnes attendent, accoudées aux barrières, de chaque côté du pont Alexandre III. Le lieu est déjà bien silencieux à 9h30. Ceux qui discutent évoquent « le courage » des deux jeunes soldats. Dans quelques minutes, les dépouilles de Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello remonteront le long du pont jusqu’à la cour des Invalides pour un dernier hommage national. Les deux membres des forces spéciales du commando Hubert sont morts dans une opération de libération d’otages français, sud-coréen et américain dans la nuit du 9 au 10 mai au Burkina Faso.

Leur abnégation anime toutes les conversations. « Ces deux jeunes se sont sacrifiés sans se poser de questions », reconnaît Olivier. « Il reste encore des jeunes prêts à donner leur vie pour la France », dit Chantale en souriant. Marie-Claire, septuagénaire, abonde de son côté : « Je déplore qu’ils se soient sacrifiés pour des personnes qui faisaient du tourisme dans un pays dont on connaît l’insécurité ». Plus loin, certains débattent. Une dame âgée, particulièrement touchée, se braque lorsque son voisin défend les quatre personnes prises en otage.

Source : Lefigaro

Dans la même rubrique

REFLET7 : l’hebdomadaire récapitulatif de l’actualité

Refletafrique.net est heureux de vous retrouver une fois de plus pour entamer une nouvelle semaine de l’actualité africaine et internationale. La rédaction vous invite à cet effet à refaire un tour (...)

Clinique les genêts : l’affaire connaît un nouveau rebondissement

L’expulsion du personnel soignant et des patients de l’immeuble qui abritait la clinique les genêts suite à une affaire qui oppose les responsables de l’hôpital avec une banque de la place n’est pas (...)

Commentez