Terrorisme Niger : l’embuscade dans la région de Tillabéry revendiquée par l’EIGS

Au Niger, les soldats nigériens tués mardi dans l’embuscade dans la région de Tillabéry, près du village de Tongo Tongo et de la frontière malienne, ont été inhumés dans la nuit de mercredi à jeudi à Tiloa, à une centaine de kilomètres au nord de Ouallam, non loin du lieu de l’attaque, en présence de plusieurs membres du gouvernement et de la hiérarchie militaire. L’embuscade a été revendiquée par l’État islamique au Grand Sahara (EIGS), qui dit avoir visé les forces nigériennes « mécréantes ».

L’embuscade menée contre les militaires nigériens près de la frontière du Mali a fait 27 morts, selon un dernier bilan du ministre nigérien de la Défense. Un 28e sous-officier était mort après l’attaque lundi de la prison de haute sécurité de Koutoukalé. C’est en prenant en chasse les assaillants que les militaires sont tombés dans une embuscade, ce qui explique le lourd bilan.

L’attaque a été revendiquée ce jeudi après-midi 16 mai par l’État islamique au Grand Sahara. Rien de surprenant à cette revendication puisque l’attaque a eu lieu dans le périmètre d’action de l’EIGS. Un groupe qui, selon une source officielle nigérienne, a su recruter de nombreux jeunes Nigériens désoeuvrés de la région. Des hommes qui connaissent donc ce terrain difficile, autant pour surprendre les forces de sécurité, comme cela s’est passé mardi, que pour se cacher si besoin, que ce soit côté nigérien ou côté malien de la frontière. Les zones boisées offrent de multiples possibilités de repli aux terroristes.

Selon le ministre de la Défense, les témoignages des survivants font état d’une centaine d’assaillants venus à bord de quatre ou cinq véhicules et de quelques dizaines de motos. Un chiffre qui atteste des capacités opérationnelles dont dispose encore l’EIGS sur place.

La pression exercée ces derniers mois un peu plus au nord dans la région de Menaka par Barkhane et les groupes MSA/Gatia avait fait croire, un temps, à une diminution de la force de frappe du groupe dans cette région. L’attaque de mardi est la preuve du contraire.

L’État islamique au Grand Sahara avait déjà revendiqué une embuscade en octobre 2017 dans la même région, à Tongo Tongo. L’EIGS avait même deux mois plus tard diffusé une vidéo des combats qui avaient coûté la vie à 8 soldats, quatre Nigériens et quatre Américains.

Le ministre nigérien de la Défense Kalla Moutari :« Nous ne sommes pas étonnés que ce groupe terroriste sévisse dans la zone... »

Source : RFI

Dans la même rubrique

Migrations : réunion à Malte des ministres de l’Intérieur de l’Union européenne

Depuis plus d’un an, les Européens ont relancé les négociations enlisées depuis deux décennies pour trouver une solution pérenne à la question migratoire. C’est surtout le règlement de Dublin qui pose (...)

RDC : Un deuxième vaccin contre Ebola en essaie

La RDC a annoncé vendredi 20 septembre qu’elle allait utiliser un deuxième vaccin pour lutter contre la maladie à virus Ebola. L’utilisation de ce deuxième vaccin est une recommandation du Groupe (...)

Commentez