Dialogue Islamo-Chrétien au Sénégal : une conférence sur le « vivre ensemble » a réuni Imams et Prêtres.

L’Institut Français de Saint-Louis (au nord du Sénégal) a abrité une conférence sur le thème : “Vivre ensemble et la paix en l’Islam et selon le Christianisme”. Le vivre ensemble. Cette rencontre a réunis des acteurs divers notamment des imams, prêtres et des universitaires.

L’Université Kocc Barma de Saint-Louis au Sénégal a organisée en partenariat avec l’Institut Français de la même ville une conférence sur le vivre ensemble. Cette conférence a servi de cadre pour réunir Imams et Prêtres, et de discuter sur les voies et moyens pour instaurer une paix durable entre les différentes religions.

Sur les colonnes du journal sénégalais sudquotien, le Professeur Abdoulaye Niang affirme : “Vous savez que le monde est en train de bouger en référence à ce qui se passe au niveau de nos frontières. Ce sont des questions liées au terrorisme et tout cela est dû au fait qu’entre les religions, il y a un problème. Il y a des gens qui se servent de l’Islam pour faire des actes terroristes contre d’autres”. Mais selon le Professeur Niang : « au Sénégal, le problème ne se pose pas  ».

Les musulmans et les chrétiens ont toujours cohabité ensemble et dans la paix au Sénégal. « Dans ma famille par exemple, j’ai des frères et sœurs qui portent des prénoms musulmans et chrétiens. Lors des grandes fêtes aussi, il est difficile de reconnaitre qui est vraiment qui », a témoigné un intervenant.

Refletafrique

Dans la même rubrique

Le Pape François reçoit les membres de la société des missions d’Afrique

Ils évangélisent en Afrique et en Europe grâce à leur petit millier d’associés, prêtres et laïcs. La société des missions d’Afrique était réunie en assemblée cette semaine à Rome. Ses membres ont été reçu en (...)

Burkina FASO : Le Père Fernando Fernandez de Bobo-Dioulasso mortellement poignardé.

Le Père Fernando Fernandez, prêtre du centre Don Bosco de Bobo-Dioulasso a été mortellement poignardé, ce vendredi 17 mai 2019, à son domicile. Selon nos informations, l’auteur du crime connaissait (...)

Commentez