Colombie : liberation de l’ancien chef guérillero Jesús Santrich

Prisonnier depuis treize mois, l’ancien chef guérillero colombien Jesús Santrich a été libéré vendredi après-midi, sur ordre de la Juridiction spéciale pour la paix. Et recapturé dix minute plus tard sur ordre du parquet. Jesús Santrich est accusé de trafic de cocaïne et les Etats-Unis ont demandé son extradition. Pour mémoire, le tribunal pour la paix a été créé par l’accord de paix de 2016, signé par le précédent gouvernement avec la guérilla. Le tribunal doit juger des crimes commis pendant le conflit armé.

Les preuves apportées par le parquet et les Etats Unis ne permettent pas d’affirmer que Jesús Santrich -arrêté en avril 2018- a trafiqué de la drogue après l’entrée en vigueur de l’accord de paix de 2016, selon la Juridiction spéciale pour la paix. Mercredi, les magistrats ont donc ordonné la remise en liberté du chef guérillero, rapporte notre correspondante à Bogota, Marie-Eve Detoeuf.

Une libération qui a aussitôt provoqué un tollé dans les rangs de la droite dure qui juge le Tribunal pour la paix trop laxiste. Coup de théâtre : le procureur, Nestor Humberto Martinez, démissionne, accusant le tribunal pour la paix de menacer la démocratie. Son adjointe María Paulina Riveros lui emboîte le pas. La libération de Santrich traîne inexplicablement plus de 48 heures.

Vendredi matin, le bruit court que le président Ivan Duque, qui a exprimé son soutien au procureur, va décréter l’Etat de commotion intérieure et extrader le prisonnier qui, dans sa cellule, tente de se couper les veines. Quand Santrich est finalement libéré dans l’après-midi, des dizaines de caméras l’attendent à la sortie de la prison. Mais nouveau coup de théâtre. La police arrive et l’arrête. Le parquet affirme détenir de nouvelles preuves contre l’ancien guérillero.

Source  : RFI

Dans la même rubrique

Turquie : victoire du candidat de l’opposition à Istanbul

Les électeurs à Istanbul votaient une nouvelle fois ce dimanche 23 juin pour élire leur maire, après l’annulation du premier scrutin déjà remporté en mars dernier par l’opposant Ekrem Imamoglu. Binali (...)

Mauritanie : Ghazouani, le candidat du pouvoir, déclaré vainqueur au premier tour

Le candidat du pouvoir à l’élection présidentielle en Mauritanie, Mohamed ould Ghazouani, a été élu avec 52% des suffrages au premier tour, selon les résultats provisoires annoncés dimanche soir par la (...)

Commentez