La Tunisie désormais membre non permanent du Conseil de sécurité pour la période 2020-2021

La Tunisie a été élue comme membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies (CSNU) pour la période 2020-2021, a confirmé dans un communiqué la présidence du gouvernement tunisien.

En effet, la Tunisie a été élue à ce poste pour la quatrième fois, avec 191 voix sur 193.
La Tunisie est le seul candidat à un siège non permanent au Conseil de sécurité des Nations Unies dans la région de l’Afrique du Nord pour la période 2020-2021.

"Au cours de son mandat de membre non permanent au Conseil de sécurité, la Tunisie soutiendra l’action collective afin de promouvoir la paix et la sécurité, de parvenir au bien-être et au développement durable des peuples du monde et de créer des ponts de confiance, de dialogue, de solidarité et de coopération entre tous les États membres", peut-on lire dans une déclaration du gouvernement tunisien.

"Les principales priorités de la Tunisie au sein du conseil de sécurité seront la prévention des conflits et le renforcement de l’engagement du conseil à trouver des solutions pacifiques aux différends existants", selon le même document.
Le Conseil de sécurité des Nations Unies est composé de 15 membres : cinq membres permanents (Chine, États-Unis, Fédération de Russie, France et Royaume-Uni) et dix membres non permanents élus par l’Assemblée générale pour un mandat de deux ans.

Refletafrique

Dans la même rubrique

Santé : Les agences humanitaires de l’ONU appellent à éliminer la malnutrition des enfants

A la veille de la présentation du dernier rapport sur l’état de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde, les agences humanitaires des Nations Unies ont appelé dimanche à mettre fin au (...)

Réinsertion sociale des militaires radiés : un pas décisif vers la réconciliation nationale

Depuis plus de huit années environ 769 familles étaient plongées dans le désarroi et la désolation totale. En effet, leurs parents sur qui reposait leur espoir venaient d’être radiés suite à la (...)

Commentez