Coopération : Le Burkina Faso et le Niger signent un accord de développement dans les zones transfrontalières

Le Burkina Faso et le Niger ont signé mercredi un accord sur la gestion de leurs frontières communes pour promouvoir la coopération transfrontalière entre les collectivités territoriales.

Cet accord-cadre, qui couvre divers domaines dont la sécurité, la protection civile, l’éducation, la santé, l’environnement, la gestion des ressources naturelles et de l’agriculture, permettra de conjuguer les efforts des deux pays pour entraîner le développement dans les zones transfrontalières des deux pays.

"L’accord que nous venons de signer est un accord de coopération dans différents domaines de la vie quotidienne tels que la sécurité, l’agriculture, l’élevage, environnement, la santé, l’éducation ainsi de suite", a affirmé le chef de la diplomatie burkinabè Alpha Barry.

"Désormais ces populations appartiennent à deux Etats mais qui ont une vie en commun, un développement en commun et des perspectives d’avenir en commun et il y aura l’intégration de ces communautés", a déclaré pour sa part le ministre nigérien de l’Intérieur, Ankourao Kala, précisant qu’"il y aura la frontière mais on va faire comme s’il n’y a définitivement pas de frontière".
Pour M. Kala, dès lors que les problèmes de frontière sont réglés, les questions de sécurité trouvent aussi une réponse.

"Quand les communautés sont de part et d’autres jalouses d’un petit mètre carré de territoire, ça pose de problèmes, ça crée des conflits et c’est cela que nous avons voulu éviter", a-t-il soutenu.

Refletafrique.net

Dans la même rubrique

Migrations : réunion à Malte des ministres de l’Intérieur de l’Union européenne

Depuis plus d’un an, les Européens ont relancé les négociations enlisées depuis deux décennies pour trouver une solution pérenne à la question migratoire. C’est surtout le règlement de Dublin qui pose (...)

RDC : Un deuxième vaccin contre Ebola en essaie

La RDC a annoncé vendredi 20 septembre qu’elle allait utiliser un deuxième vaccin pour lutter contre la maladie à virus Ebola. L’utilisation de ce deuxième vaccin est une recommandation du Groupe (...)

Commentez