Qui est Ursula von der Leyen, élue présidente de la Commission européenne ?

Europhile, polyglotte, Ursula von der Leyen, devenue mardi 16 juillet 2019 la première femme élue présidente de la Commission européenne, est une proche de la chancelière allemande Angela Merkel dont l’étoile a pâli ces dernières années dans son pays.

Portrait

Ursula Gertrud von der Leyen, née Albrecht le 8 octobre 1958 à Ixelles (Belgique), est une femme politique allemande membre de l’Union chrétienne-démocrate (CDU).
Ursula von der Leyen est en Allemagne une femme politique respectée et très appréciée. Habituée des plateaux des talk-shows, elle est toujours dans le peloton de tête des dirigeants politiques préférés des Allemands. Cette semaine, elle est en neuvième position. Parfaitement maîtresse d’elle-même, d’une courtoisie sans faille, capable d’intervenir le sourire aux lèvres, avec calme et précision dans les débats les plus virulents, Ursula von der Leyen fut tour à tour ministre de la Famille, du Travail et des Affaires sociales et aujourd’hui ministre de la Défense. Pourtant, quand on observe ce petit bout de femme, toute menue dans ses élégants tailleurs-pantalon et les cheveux blonds sagement coiffés, on a du mal à croire que la ministre soit chef des armées. C’est cette autorité naturelle qui plaît tant aux Allemands. Si l’on ajoute à cela que ce médecin de formation parle couramment anglais et français.

Une entrée tardive en politique

Ursula von der Leyen baigne dans le monde politique depuis qu’elle est enfant. Elle est née le 8 octobre 1958 à Bruxelles, où elle passe son enfance. Son père, Ernst Albrecht, fut ministre président chrétien-démocrate du Land de Basse-Saxe. Un chef très conservateur qui dirigea son Land avec poigne et rigueur protestante. Ursula, que ses parents surnomment « Röschen », petite rose, en raison de son teint transparent, de sa taille menue et de ses manières délicates, se marie à Heiko von der Leyen, professeur de médecine et manager dans une entreprise de biotechnologie. Le couple a 7 enfants entre 1987 et 1999. Ursula von der Leyen, qui a déjà fait des études d’économie, poursuit ses études de médecine, spécialité gynécologie, tout en élevant ses enfants. Après avoir obtenu son doctorat en 1991, elle va passer quatre ans aux États-Unisavec sa famille. Elle suit des cours en auditrice libre à la prestigieuse université de Stanford et décroche un master en santé publique tout en mettant au monde des jumelles. Un parcours hors du commun dans un pays où il est encore difficile de concilier maternité et carrière professionnelle.

C’est seulement quand la famille rentre en Allemagne qu’Ursula von der Leyen s’engage à la CDU, le parti de son père. En 1990, elle a 43 ans. C’est tard pour commencer une carrière politique. Elle s’engage d’abord au niveau local, puis au niveau régional. En 2003, elle est nommée ministre de la Famille de Basse-Saxe. Remarquée par les stratèges à Berlin, elle devient ministre de la Famille et de la Jeunesse au sein du premier gouvernement d’Angela Merkel en 2005. La chancelière en fait sa protégée. Les deux femmes s’entendent bien et se font confiance. Madame la ministre n’hésite pas à poser dans les magazines people au milieu de sa tribu. Cette ministre super mum pose au milieu de ses sept enfants, de son mari, d’un poney et d’une petite chèvre dans le jardin de la maison familiale de brique rouge dans un village des environs de Hanovre. Pour couronner le tout, Madame la Ministre s’occupe aussi de son père atteint de démence sénile.

Quelques semaines après sa réélection en 2O09, Angela Merkel demande à Ursula von der Leyen de remplacer le ministre du Travail et des Affaires sociales démissionnaire. Von der Leyen n’hésite pas à prendre des positions très impopulaires. Un fauteuil très ingrat. Moins ingrat néanmoins que celui de la Défense, dont elle hérite en 2013. C’est la première fois que ce porte-feuille est attribué à une femme. Elle est reconduite à ce poste en 2018. Depuis, on voit la ministre en pantalons et chemises inspectant les troupes en Afrique et en Afghanistan. C’est elle qui doit donner la réplique à l’Otan qui fait pression pour que l’Allemagne augmente son budget de la défense. Une voie de garage, spéculent certains. D’autant qu’elle espérait – ce n’est un secret pour personne – devenir la première femme présidente de l’Allemagne. Grande favorite, ce poste lui a toujours été refusé. On murmure même aussi pendant un moment qu’Ursula von der Leyen aurait d’autres ambitions, plus élevées encore. Qu’elle aurait même l’étoffe d’une chancelière. Encore un rêve auquel cette femme ambitieuse a dû renoncer. La présidence de la Commission européenne arrive donc à point.

Refletafrique.net

Dans la même rubrique

Prix Nobel de la paix : qui est Abiy Ahmed, lauréat 2019 ?

PORTRAIT - Le prix Nobel de la paix a été attribué vendredi au Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed, artisan d’une réconciliation spectaculaire entre son pays et l’Érythrée voisine. Ethiopie est (...)

Aminata Touré, une jeune femme originaire du Mali, élue vice-présidente d’un parlement en Allemagne

La jeune Allemande de 26 ans a été élue vice-présidente du Parlement régional de l’Etat de Schleswig-Holstein mercredi (28 août), une grande première pour une femme d’origine africaine. Aminata Touré a (...)

Commentez