Développement personnel : APPRENDRE DE L’ADVERSITÉ (Acte II)

Fidèles lecteurs de refletafrique.net, bonjour et bienvenue dans Développement personnel, la rubrique qui vous accompagne pour une Vie plus épanouie. J’ose croire que vous vous portez à merveille ! Hier nous avons ensemble compris que l’échec était un état d’esprit. Il ne devient jamais réel, sauf lorsque nous acceptons de le considérer comme définitif Très souvent nous faisons face à des défaites plutôt qu’à des échecs. Nous poursuivons aujourd’hui pour comprendre comment l’échec est-il en réalité une bénédiction déguisée. Bonne inspiration !

L’échec engendre une crise, permettant à l’individu de libérer son esprit de
la peur et de prendre un nouveau départ.
L’échec prouve avec certitude que quelque chose n’allait pas dans les objectifs qu’il poursuivait jusque-là, ou dans les plans mis en place pour les atteindre.
L’échec est l’impasse, ou l’ornière, dans laquelle chacun est engagé et lorsqu’il s’y heurte, est forcé de changer de voie, d’en trouver une nouvelle, donnant ainsi naissance à un nouveau rythme.

Mais l’échec va encore plus loin.
Il est l’occasion pour un individu de se tester, d’évaluer la force de sa volonté et de sa détermination.
L’échec force également les gens à découvrir des vérités qu’ils n’auraient jamais connues autrement.
L’échec permet souvent de comprendre le pouvoir de l’autodiscipline, sans laquelle personne ne pourrait faire demi-tour après avoir été victime du rythme
hypnotique.

Étudiez la vie de ceux qui ont brillamment réussi, dans tous les domaines et observez, pour votre propre gouverne, que l’étendue de leur succès est exactement proportionnelle à l’impact qu’ils ont reçu des défaites qu’ils ont essuyées, avant de réussir. Quelques exemples connus au plan mondial :

Thomas Edison

Détenteur de plus 1000 brevets et inventeur officiel de l’ampoule électrique, Thomas Edison avait pourtant été déclaré par ses professeurs « hyperactif trop bête pour apprendre quoi que ce soit ». Il fut licencié de ses deux premiers emplois car « pas assez productif au titre d’inventeur ».

JK Rowling

L’auteure d’Harry Potter s’est vue rejeter par plusieurs éditeurs. Alors mère célibataire et ayant perdu sa propre mère, elle vit d’allocations quand elle commence à écrire Harry Potter, projet dans lequel elle croit. Après une dépression, elle rencontre enfin un agent littéraire qui s’intéresse à son manuscrit et publie son livre. On connaît la suite.

Walt Disney

Ce géant du film d’animation fut renvoyé de son premier poste de rédacteur pour « manque d’imagination » : premier échec. Deuxième échec un peu plus tard : en 1921, il créa sa première société qu’il dût liquider. Il indiqua survivre en mangeant de la nourriture pour chien. Optimiste et battant, il reprit la voie de la création, on lui indiqua alors que l’idée d’une souris ne marcherait jamais. Il persévéra.

Michael Jordan

Exclu de son équipe de baseball au lycée, il rentre en larme chez lui. Mais il se relève et continue.
« J’ai raté plus de 9000 tirs dans ma carrière. J’ai perdu près de 300 matchs. 26 fois, on m’a fait confiance pour prendre le tir de la victoire et j’ai raté. » « J’ai échoué encore et encore et encore dans ma vie. Et c’est pourquoi je réussis. M. Jordan

Steve Jobs

A 30 ans, il fut licencié de la société qu’il avait créée. Quelques années après, il réintègre la société pour créer les célèbres iPod et iPhone. « Je ne l’ai pas compris alors, mais il s’est avéré que le fait d’avoir été viré d’Apple était la meilleure chose qui ne me soit jamais arrivée. Le poids de la réussite a été remplacé par la légèreté d’être à nouveau un débutant sans certitudes. Cela m’a libéré pour entrer dans une des périodes les plus créatives de ma vie. »

Aliko Dangote

Aujourd’hui l’homme le plus riche de l’Afrique. Mais il vient de loin.

Magic Système

Ce groupe musical de la Côte d’Ivoire a aujourd’hui un succès planétaire. Mais ils ont dû surmonter de multiples défaites et traverser la misère. « Nous avons dû mendier 100 f, 200 f... pour réunir la somme de 1.500FCFA afin de payer notre transport pour l’enregistrement de ‘’Premier Gaou’’, le son qui nous a lancé. » A’Salfo

Floby, Kundé d’or 2019

Sans trop de détails, la persévérance, voici ce qui le caractérise. Abandonné, délaissé, maltraité mais il a cru en son rêve et aujourd’hui il vit son rêve.
Alors la prochaine fois que tu feras face à une défaite quelconque et que l’idée te vient d’abandonner, pense à toutes ces personnes ; relève toi, identifie les germes d’opportunités qui s’y cachent et continue d’avancer.

A demain !

D’ici là vivez une vie avec plein d’enthousiasme et beaucoup de détermination !

LeVisionnaire /Refletafrique.net

Dans la même rubrique

Migrations : réunion à Malte des ministres de l’Intérieur de l’Union européenne

Depuis plus d’un an, les Européens ont relancé les négociations enlisées depuis deux décennies pour trouver une solution pérenne à la question migratoire. C’est surtout le règlement de Dublin qui pose (...)

RDC : Un deuxième vaccin contre Ebola en essaie

La RDC a annoncé vendredi 20 septembre qu’elle allait utiliser un deuxième vaccin pour lutter contre la maladie à virus Ebola. L’utilisation de ce deuxième vaccin est une recommandation du Groupe (...)

Commentez