Brexit : journée historique au Royaume-Uni

Ce samedi 19 octobre s’annonce intense pour les Britanniques avec un vote crucial au Parlement sur le Brexit et une grande manifestation pour réclamer un nouveau référendum.

Les députés britanniques siégent exceptionnellement ce samedi pour une session extraordinaire, la première depuis la guerre des Malouines, consacrée au vote sur le Brexit. C’est peut-être donc l’heure de vérité à Westminster. Car si l’accord révisé de Boris Johnson est approuvé, le pays sortira bel et bien de l’UE, que ce soit le 31 octobre ou bien dans les semaines qui suivront. Pour les acteurs principaux de cette longue saga, les enjeux sont énormes et ils se préparent à une épreuve de force sans pitié.

Tous les partis d’opposition sont vent debout contre le nouvel accord, y compris les unionistes nord-irlandais du DUP qui estiment avoir été trahis par le Premier ministre. Sans ce soutien crucial, chaque voix compte désormais pour Boris Johnson et son équipe qui vont essayer jusqu’au bout de convaincre suffisamment de députés travaillistes dans des circonscriptions pro-Brexit, de rebelles conservateurs et de Brexiters durs pour ratifier son accord.

Et pour bien montrer aux électeurs qu’il faisait tout son possible face à un Parlement récalcitrant, lors d’une déclaration télévisée vendredi soir, Boris Johnson a appelé les députés à l’appuyer afin que le pays passe à autre chose, décrivant lui-même le Brexit comme « un facteur de discorde ».

Si l’accord est rejeté, le Premier ministre n’aura d’autre choix que d’envoyer le jour même une lettre demandant un report du Brexit à l’UE. Ce qu’il a accepté de faire tout en affirmant que le pays sortira quand même le 31 octobre sans expliquer cette contradiction.
Si l’accord est approuvé, ce sera la première étape permettant au texte de devenir loi et le gouvernement ne voudra pas perdre de temps afin de réaliser le Brexit le 31 octobre.

Il y a néanmoins un amendement à surveiller, présenté par le conservateur Oliver Letwin qui, même si l’accord passe, vise à obliger Boris Johnson à demander quand même une extension au cas où dans les jours à venir, des députés brexiters chercheraient à faire dérailler le processus législatif afin de précipiter une sortie sans accord le 31 octobre.

Refletafrique.net

Dans la même rubrique

Tchad : la Banque mondiale accompagne l’amélioration des systèmes de surveillance des maladies en Afrique centrale

La Banque mondiale a octroyé 18 milliards de francs CFA (environ 27,5 millions d’euros) pour financer le projet régional d’amélioration des systèmes de surveillance des maladies en Afrique centrale, (...)

Economie : Le Cameroun affiche une croissance de 4,2% au deuxième trimestre 2019

Le Cameroun affiche une croissance de 4,2% au deuxième trimestre de 2019, selon les statistiques présentées jeudi à la presse par l’Institut national de la statistique du Cameroun (INS). Ce taux (...)

Commentez