Burkina : Des acteurs de gestion des ressources naturelles en concertation à Ouagadougou

L’association nationale des Aires ou territoires du patrimoine autochtone et communautaire (APAC) du Burkina Faso a débuté jeudi à Ouagadougou, un atelier, devant renforcer le rôle et la responsabilité des acteurs dans la gestion des ressources naturelles.

L’atelier tri-national sur les APAC au Sahel qui réunit des participants du Bénin, du Niger et plusieurs représentants de communautés villageoises du Burkina Faso, vise à donner une plus grande visibilité à la structure.
Cette rencontre de deux jours, selon les organisateurs, va permettre également aux participants mais aussi aux partenaires de partager leurs expériences en matière de conservation des APAC dans ces différents pays.
Les participants auront en outre l’occasion de formuler des résolutions et des recommandations qui engageront tous les acteurs pour la conservation des APAC.

Le Burkina Faso, à l’instar des autres pays du Sahel, fait face à une dégradation avancée de son couvert végétal, de son potentiel de faune sauvage et de ses terres agricoles, a rappelé, le directeur de la faune et des ressources cynégétiques, Benoit Doamba.
L’approche APAC est la manière d’œuvrer à la conservation de la nature en reconnaissant l’importance des sites naturels conservés par les communautés locales.
Les mares communautaires, les Zones villageoises d’intérêt cynégétique (Zovic), les aires de pâture sont, entre autres, potentiellement des APAC a expliqué M. Kaboré.

Refletafrique.net

Dans la même rubrique

Mali : 64 victimes de trafic humain délivrées par Interpol

Interpol a annoncé ce vendredi le sauvetage de 64 personnes livrées à l’exploitation sexuelle et au travail forcé au Mali. La police malienne a délivré plusieurs femmes et enfants exploités par des (...)

Guinée : marée rouge à Conakry pour protester contre le président Condé

Une nouvelle manifestation à l’appel du Front national de défense de la Constitution (FNDC) a déferlé dans la capitale guinéenne, jeudi, pour protester contre un éventuel troisième mandat du président (...)

Commentez