UEMOA : plus de 500 millions de dollars mobilisés contre l’insécurité en Afrique de l’Ouest

Plus de 500 millions de dollars seront mobilisés pour le financement de la lutte contre le terrorisme dans l’espace de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), a-t-on appris mercredi lors d’une réunion d’experts à Dakar.

Cette indication a été donnée mardi par le point focal du chantier paix et sécurité, Gnounca Diouf, qui a précisé la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest est interpellée dans la mobilisation des ressources en même temps que la Commission de l’UEMOA.

"Cet argent est important pour pouvoir mettre à la disposition des forces de l’ordre et de sécurité les moyens qui leur permettront de faire face à ce phénomène", a-t-elle affirmé, jugeant nécessaire une coordination des forces de défense et de sécurité.

Pour ce faire, un comité a été mis en place. Il travaille sur les modalités de rendre opérationnelle cette mesure en commençant par le renseignement, a-t-elle ajouté.
Les experts de l’UEMOA, qui regroupe huit pays (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée-Bissau, Mali, Niger, Sénégal et Togo), se réunissent à Dakar pour examiner le rapport sur la situation sécuritaire dans leur espace commun. Ils vont aussi préparer une réunion du comité de haut niveau "paix et sécurité" qui se tiendra à Diamniadio (à 30 km de Dakar) vendredi en présence des chefs d’Etat de l’espace UEMOA.

"Le chantier paix et sécurité est vieux de sept ans. Mais notre union reste toujours confrontée à la récurrence des actes terroristes, les trafics en tous genres, la prolifération des armes légères et de petit calibre, le blanchiment de capitaux, la cybercriminalité, la criminalité transfrontalière, le crime organisé. Ces défis interpellent tout l’espace communautaire", a expliqué Mme Diouf.

Pour sa part, le président de la Commission de l’UEMOA, Moctar Ouane, a rappelé que des initiatives propres ont été prises par les chefs d’Etat. Il a cité la mise en place d’un mécanisme de veille et d’alerte précoce, permettant de doter l’union d’un outil d’anticipation des crises en vue de la prévention des crises et conflits. Celui-ci sera opérationnel très bientôt.

Refletafrique.net

Dans la même rubrique

Burkina : Inclusion des élèves issus des foyers coraniques : L’AMR dresse le bilan dans le Zondoma

L’Association Monde Rural (AMR) a présenté le mardi 26 novembre 2019, à Gourcy le bilan de la première année de mise en œuvre du projet « Dialogue et changement social », visant à favoriser l’inclusion (...)

Lutte contre le sida : l’espoir des « médicaments à libération prolongée »

Bientôt des injections et des implants pour soigner le VIH ? Des recherches et des tests sont en cours sur ce qu’on appelle des « médicaments à libération prolongée », un système déjà utilisé pour la (...)

Commentez