Zoophilie : Un maçon surpris sur une brebis à Pikine Icotaf

Encore une histoire de Zoophilie qui défraie la chronique. Cette fois ci les faits se sont déroulés à Pikine Icotaf, où un maçon a été surpris sur une brebis. Les faits se sont déroulés dans la nuit du mercredi au Jeudi 24 août 2016.

Selon le journal L’observateur, c’est la femme de son employeur qui a surpris le jeune homme en flagrant délit, entrain de sauter littéralement une brebis. Alors que les occupants de la maison avaient les yeux rivés sur la série “Wiri Wiri”, G. Fall en a profité pour rejoindre l’enclos. Cela a réveillé les soupçons de la maîtresse de maison qui a décidé d’aller jeter un coup d’œil dans l’enclos.

Cette dernière ne s’attendait surement pas à ce qu’elle allait découvrir : G. Fall, pantalon baissé en train de chevaucher la brebis, rapporte L’Observateur. La dame s’est alors mise à crier, mais ceci ne perturbe en rien le jeune maçon, qui continue de s’accoupler avec la pauvre brebis. Alertés, les voisins envahissent la demeure. Commence alors le lynchage du jeune homme. Les insultes fusaient de partout et le maçon était à deux doigts de recevoir des coups de bâtons avant que la police ne soit alertée.

La brebis a été conduit auprès d’un vétérinaire avec une jambe cassée, quant à G. Fall il a reconnu les faits devant la police déclarant qu’il n’avait pas toute sa tête lors de cet acte :“C’est bien moi. J’étais ivre. Je ne sais pas ce qui m’a pris”. Il a été déféré au parquet ce vendredi en attendant son procès.

HDAY
Avec Médias

Dans la même rubrique

Un homme paralysé après avoir mangé du poulet pas assez cuit

Un informaticien britannique de 39 ans a été plongé dans le coma et s’est retrouvé paralysé du bas du corps jusqu’au cou après avoir mangé du poulet pas assez cuit dans un restaurant. En voilà un qui (...)

La Poste : une factrice privée d’un mois de salaire pour avoir aidé une usagère

Une factrice de Tulle a écopé ce mardi 12 novembre d’une mise à pied d’un mois sans salaire pour avoir signé un colis à la place d’une usagère qui lui avait demandé de le faire en son absence. Une (...)

Commentez