Mariage traditionnel ou coutumier au Burkina Faso : « il y’a des parents qui gonflent le prix de la dot »

Ici au Burkina-Faso comme dans de nombreux pays africain, on note trois types de cérémonies de mariage. Il s’agit notamment du mariage traditionnel ou coutumier, le mariage religieux et le mariage civil.

Le « poug poussoum », est une expression en langue mooré qui désigne le mariage à l’état traditionnel. Il est francisé « PPS » dans le jargon des jeunes. Au Burkina Faso, cette pratique symbolique résiste au temps et à la modernité. Même si nous avons abandonné un pan de notre tradition le mariage traditionnel reste immuable.

Cet évènement se présente comme fondamental de l’union entre deux personnes pour la famille Burkinabé. Nous pouvons dire que le PPS est l’union entre deux familles et non entre deux individus. Par conséquent, le prétendant et la future épouse ne prennent aucune décision et n’interviennent aucunement lors de ladite célébration. Nous sommes loin de deux individus qui décident de s’unir à la mairie ou chez le chef religieux soit à l’église ou à la mosquée. En effet l’intérêt du future couple est discuté par les sages des deux familles respectives. Ils font des propositions, échangent et défendent des points de vu qui s’inscrivent dans l’intérêt général du couple. Il faut dire que cette cérémonie est aussi la considération des symboles allant de la demande de main à l’offre de la dot. La dot se formule le plus souvent par la remise de noix de cola, de billets de banque voire des pièces d’argent symboliques. Dans la tradition très ancienne, ces différents remises étaient juste des gestes pour suivre la procédure du mariage. Actuellement il est quand même déplorable de constater qu’il y’a des parents qui gonfle le prix de la dote. Surtout lorsqu’ils savent que le prétendant ou sa famille est riche.

Pour célébrer le «  poug poussoum », le prétendant accompagné par sa propre famille, ses amis, ses voisins, ses collègues, ont la ferme obligation de se déplacer vers la famille hôte. C’est-à-dire celle de la jeune fille. Parfois la distance est longue mais peu importe car c’est la fête, le partage et d’allégresse.
Tout comme le coût de la dot la célébration du mariage coutumier se diffère d’une région à une autre selon les peuples du Burkina-Faso.

NB : Bientôt Refletafrique.net assistera à une cérémonie de mariage traditionnel dans une localité qui sera choisie. Cela pour être témoin de la célébration d’un PPS au pays des femmes et hommes intègres.
Moussa Kaboré
Refletafrique.net

Dans la même rubrique

Burkina Faso : « Tout musulman qui est majeur peut aller à la Mecque », imam Alidou Ilboudo

Les pèlerinages de l’slam sont des voyages de prières qui se font chaque année. Ils se font essentiellement au mois sacré. Selon l’imam Alidou Ilboudo, le pèlerinage obligatoire est un pèlerinage qui (...)

Burkina : « Le sacrifice est une recommandation mais pas une obligation », imam Alidou Ilboudo

La fête de la tabaski est une fête des musulmans encore appelée grande fête. Le mouton est au centre de ladite fête. Pour connaître les dispositions à prendre pour célébrer la tabaski et le rôle du (...)

Reflet 7 : L’hebdomadaire récapitulatif de l’actualité

Chers lecteurs de Refletafrique.net, c’est encore un réel plaisir pour la Rédaction de vous retrouver en ce début de semaine. Pour une belle entame avec l’actualité, nous vous proposons de faire un (...)

Vote des burkinabè de l’étranger : Des milliers de compatriotes exclus ?

« Nos compatriotes vivant à l’extérieur vont voter en 2020, ce n’est pas une question discutable encore » cette phrase c’est le chef de l’état qui l’avait prononcé lors du forum de la diaspora tenu en (...)

Commentez