Un an après la mort de Papa Wemba : un hommage lui est rendu

24 avril 2016, 24 avril 2017. Cela fait un an que l’illustre artiste, le roi de la Rumba, Papa Wemba est décédé. L’on a toujours de vifs souvenirs, quand il s’éteignait sur la scène de l’édition 9 du Festival des Musiques Urbaines d’Anoumabo (Femua) à Abidjan. Quel est l’hommage qui lui est rendu du côté d’Abidjan ? Qui est l’artiste ? Eléments de réponse :

La mort de Papa Wemba avait plongé presque toute l’Afrique dans un émoi. Un an après sa mort, beaucoup de mélomanes ont encore en mémoire cette fatidique date du 24 avril 2016 où le Chef de la tribu des Molokaï a rendu l’âme sous leurs yeux. Le groupe Magic System organisateur du FEMUA, pour cette 10ème édition qui marque un an de sa disparation, lui rend un vibrant hommage.

Selon son programme, cet évènement culturel en bordure de la lagune Ebrié démarrera lundi avec la « journée hommage à l’artiste Congolais Papa Wemba ». La place qui va servir de cadre à la cérémonie lui sera dédiée dans cette matinée. Se tient aussi, une parade des Sapeurs-pompiers à Anoumabo. Dans l’après-midi, une émission spéciale « Couleurs Tropicales » de l’animateur Claudy Siar se tient au Novotel du Plateau. Suivra ensuite « Un grand concert » live d’hommage à l’artiste, la fin de cette journée.

Certains s’étaient dit, qu’avec le drame de 2016, le FEMUA n’allait plus se tenir mais non. Il semble se poursuivre.

Le parcours de Papa Wemba

Il est une légende de la musique africaine. Dans les années 1960-1970, avec son groupe Zaïko puis en solo, il va faire rayonner la rumba congolaise à travers le monde. Il formera des générations de musiciens dont certains poursuivront de grandes carrières, comme Koffi Olomidé. Il est également l’une des figures emblématiques de la SAPE, la Société des ambianceurs et personnes élégantes. Mode vestimentaire, mais aussi art de vivre, les sapeurs on fait des émules de Kinshasa à Paris et inspirent aujourd’hui de nombreuses pop stars africaines-américaines.

Comme l’on a coutume de le dire : « Un artiste ne meurt jamais, il vit à travers ses œuvres  ».
Les notes, les paroles, la réflexion qu’il laisse après lui sont la continuité de son être et de sa manière d’être.

Moussa Kaboré
Refletafrique.net

Dans la même rubrique

Ouganda : un festival pour promouvoir le "Rolex" ! Sandwich ou Atout touristique ?

Plusieurs milliers de personnes ont participé dimanche à Kampala à la troisième édition du festival annuel "Rolex", du nom d’un en-cas très populaire dans le pays, au point d’en faire un atout (...)

Miss Burkina 2018 : Tenue de plage ou exhibition ?

La nuit du vendredi 27 juillet marquais la finale de la compétition miss Burkina 2018. La salle du pavillon soleil levant de SIAO n’a pas refusé du monde comme à l’accoutumée. Cependant l’on peut (...)

Culture : Ouverture du FEMUA 2018 à Abidjan

La 11ème édition du Festival des Musiques Urbaines d’Anoumabo (FEMUA), s’ouvre aujourd’hui à Abidjan avec Soprano et LokuaKanza en tête d’affiche et Charly Tchatch, présentateur Gabonais, co-maître de (...)

Tanzanie : Arrestation du chanteur Diamond Platnumz pour « indécence »

Le chanteur Diamond Platnumz, l’un des artistes tanzaniens les plus populaires actuellement, a été arrêté pour diffusion de photos « indécentes ». L’information a été donnée ce mardi 17 avril 2018 devant (...)

Commentez