Qui est Saran Sérémé, le nouveau Médiateur du Faso ?

Le compte rendu du Conseil des Ministres du mercredi 27 septembre paru sur notre ce jeudi 28 septembre a suscité l’attention particulière de plus d’un sur la nomination d’un nouveau Médiateur du Faso, en la personne de Saran Séré Sérémé. Qui est donc notre nouveau Médiateur du Faso ? A découvrir dans ce portrait, lisez plutôt !

Saran Sérémé (épouse Séré), née le 17 novembre 1968 à Ouagadougou, est une dirigeante d’entreprise et personnalité politique burkinabè. En octobre 2014, elle devient l’une des figures de la deuxième révolution burkinabè et fonde le Parti pour le développement et le changement (PDC) et est élue « l’Homme de l’année 2014  » pour avoir participé activement en octobre 2014, aux mouvements ayant entrainé la chute du régime du président Blaise Compaoré. Elle est affectueusement appelée «  l’Amazone du Sourou  ».

En juillet 2015, elle se présente à l’élection présidentielle de 2015,
Saran Sérémé naît à Ouagadougou. Son père, Tombo Sérémé, est gendarme. Elle est aussi la cousine de Mariam Sankara Sérémé, la femme de Thomas Sankara. Titulaire d’un BAC série D, elle commence des études de médecine mais les abandonne « au profit de la politique ».

En 1983, elle manifeste pour la libération du premier ministre Thomas Sankara qui a été mis aux arrêts. Thomas Sankara accède à la présidence après la première révolution burkinabè et est assassiné durant le coup d’État organisé en octobre 1987 par Blaise Compaoré. Saran Sérémé fait partie des manifestants demandant à ce qu’il soit élevé au rang de héros et reçoive une sépulture digne, ce qui lui coûte arrestation et torture. Elle s’exile ensuite au Mali, où elle effectue des études de sciences économiques à l’école nationale d’administration.

De retour au Burkina, Saran Sérémé fonde une entreprise de travaux publics.
Saran Sérémé est élue députée de la Boucle du Mouhoun en 2002, puis de la province du Sourou en 2007. Elle siège au bureau politique du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), le parti au pouvoir à l’époque, créé en 1996.
Depuis le début des années 2000, elle fait la promotion du Festival international de lutte africaine, danse et chants au Sourou (FESTILADC).

En 2012, le parti lui refuse son soutien en vue des prochaines élections législatives. Confrontée à un système qu’elle estime corrompu, elle démissionne et fonde le Parti pour le développement et le changement (PDC). Opposée au projet de Blaise Compaoré, qui souhaite amender l’article 37 de la Constitution limitant le nombre de mandats présidentiels, elle organise spatule à la main le 29 octobre 2014 une marche de femmes dans la capitale du pays, Ouagadougou. La marche est suivie d’autres manifestations, qui aboutissent à la chute du président burkinabè.

En novembre 2014, Saran Sérémé est présente dans les locaux de la radio télévision burkinabé (RTB). Ses supporters lui auraient demandé de se proclamer présidente du régime de transition, ce qu’elle aurait refusé, soucieuse de légitimer davantage sa candidature.

En juillet 2015, à l’issue du congrès du PDC, elle obtient l’investiture de son parti pour l’élection présidentielle de 2015. Elle arrive sixième sur 14 candidats en lice avec 1,73% des voix.

Après cette élection couplée où elle sort sans le moindre siège de député à l’Assemblée nationale, Saran Sérémé a pris du recul en politique.

Ce mercredi 27 septembre 2017 en Conseil des Ministres, Saran Sérémé est nommée Médiateur du Faso et remplace Alima Déborah Traoré/Diallo dont le mandat vient de s’expirer.

Rassemblé par Honoré Yoda
Refletafrique.net

Dans la même rubrique

Qui est Alassane Bala Sakandé, le nouveau président de l’Assemblée nationale du Burkina Faso ?

Le député Alassane Bala Sakandé, âgé de 48 ans, a été élu président de l’Assemblée nationale ce vendredi 8 septembre 2017. Il remplace l’illustre défunt Dr Salifou Diallo, décédé le 19 août 2017. SEM (...)

Portrait : Qui fut l’illustre Dr Salifou Diallo ?

Le Dr Salifou Diallo, 60 ans, était Expert Juriste en droit public international. Né le 9 mai 1957 à Ouahigouya dans la province du Yatenga et décédé le 19 aout 2017 à Paris en France, Salifou Diallo (...)

Commentez