G5 Sahel : Une première opération de déploiement baptisée « Hawbi » est en cours

Ce mercredi 1er novembre 2017, la nouvelle force anti djihadiste G5 Sahel a lancé ses premières opérations conjointes dans la zone instable du Burkina Faso, du Mali et du Niger, en proie aux attaques terroristes. Des missions de reconnaissance ont ainsi démarré à Tessit à 40 Km du Burkina et 30 Km du Niger, où des forces maliennes ont été déployées. La France, résolue à soutenir le G5 Sahel était au rendez-vous.

Soutenue par la France qui estime que le succès de la force du G5 Sahel est une « obligation collective », a apporté son soutien aux troupes maliennes déployées. « On va patrouiller dans le secteur et sécuriser les axes routiers. Notre objectif c’est la sécurisation de la population et des déplacements des commerçants, pour que les habitants vivent tranquilles et que les éleveurs puissent travailler  », a déclaré le lieutenant malien Gaoussou Diara.

Le maire de la Commune de Tessit, Ibrahim Ag Effanfan, a exprimé sa satisfaction par rapport au déploiement des troupes qu’il a rencontré à leur arrivée. Cette première opération a été baptisée « Hawbi » et vise à prendre le contrôle de cette région quelque peu délaissée.

Une centaine d’hommes de la force militaire française Barkhane va apporter son soutien aux troupes du G5 Sahel durant cette première opération conjointe. Ainsi des drones de renseignement, des chasseurs et hélicoptères seront mis à contribution par la France.

Le G5 Sahel doit pouvoir compter 5000 hommes répartis en 7 bataillons d’ici à mars 2018 pour avoir sa pleine capacité. « Le G5 Sahel, c’est une force de 5 armées africaines, appuyées essentiellement par la France, qui prend son destin transfrontalier en main pour conduire les opérations antiterroristes. Hawbi en est une expression  », a indiqué le colonel Arnaud Cervera, représentant du commandant de la force Barkhane à Gao, au Mali.

La Force du G5 Sahel vient en complément non seulement de la force Barkhane, mais également de la mission onusienne Minusma forte de 12.000 hommes.

Le budget de fonctionnement de la force G5 Sahel est estimé à 423 millions d’euros, mais il pourrait être revu à la baisse, à environ 240 millions d’euros. Chacun des 5 pays du G5 Sahel promet 10 millions d’euros, l’Union européenne promet quant à elle 50 millions d’euros, la France 8 millions et en dernier lieu les Etats-Unis qui promettent 51,5 millions d’euros (60 millions de $).

L’objectif de reprendre le contrôle de la zone du Sahel, commune aux 5 pays et d’en rétablir la quiétude, la sécurité et les bases du développement en combattant les djihadistes qui y sévissent, est désormais une affaire de tous.

Honoré Yoda
Refletafrique.net

Dans la même rubrique

Mauritanie : Le président de la céni reconnait « des lacunes » dans le déroulement des élections

En Mauritanie, la Commission électorale a officialisé la victoire du parti au pouvoir aux dernières élections locales et législatives. L’UPR a remporté les 13 Conseils régionaux, qui ont remplacé le (...)

RDC : menace de quitter la Cour Pénale Internationale (CPI)

La RDC a déjà traduit son intention de claquer la porte de la Cour pénale internationale (CPI). Pourtant, Kinshasa bénéficie jusqu’ici des décisions de cette cour. De l’eau dans le gaz entre la Cour (...)

Zimbabwe : l’opposition veut investir Nelson Chamisa "président légitime" du pays

Le chef de l’opposition zimbabwéenne Nelson Chamisa, qui dénonce les conditions frauduleuses de la victoire du chef de l’Etat Emmerson Mnangagwa lors des récentes élections, veut se faire (...)

Côte d’Ivoire : le parti de Gbagbo demande lui aussi un report des élections locales

L’aile dure du Front Populaire Ivoirien (FPI) fondé par l’ancien président Laurent Gbagbo a demandé mardi le report des prochaines élections locales d’octobre, réitérant sa demande de réforme de la (...)

Commentez