Togo : Le gouvernement veut instaurer le dialogue avec l’opposition

Ce lundi 06 novembre 2017, le gouvernement togolais a indiqué que « toutes les dispositions nécessaires  » seront prises afin d’instaurer le dialogue avec l’opposition. Le pouvoir du président Faure Gnassingbé est en proie à plus de 2 mois de manifestations par l’opposition qui demande son départ.

Un communiqué en date du lundi a été lu par le ministre de l’Industrie et du Tourisme Yaovi Attigbe Ihou. Ce communiqué diffusé par les chaînes de télé indique que le gouvernement togolais prenait « les dispositions nécessaires pour l’ouverture, à Lomé, d’un dialogue avec l’ensemble de la classe politique togolaise  ». Il appelle ainsi la population et les partis politiques à la retenue pour la sauvegarde de la paix, de la cohésion sociale et l’intérêt général de la nation.

Le gouvernement togolais espère que « tout ceci conduira les partis politiques concernés à agir avec la plus grande retenue et responsabilité et à œuvrer pour l’intérêt national par la sauvegarde de la paix et de la cohésion nationale », après une vague de manifestations qui ont fait déjà au moins 16 personnes tuées et plus de 200 blessés.

L’opposition quant à elle, malgré les interdictions du gouvernement, continue d’organiser des marches pour protester contre le pouvoir en place et demande la limitation du nombre de mandats présidentiels à 2. Elle estime par ailleurs que Faure Gnassingbé, qui a hérité du pouvoir de son père, démissionne. Cela fait en effet un demi-siècle que le pouvoir est aux mains de la famille Gnassingbé.

Honoré Yoda
Refletafrique.net

Dans la même rubrique

Mauritanie : Le président de la céni reconnait « des lacunes » dans le déroulement des élections

En Mauritanie, la Commission électorale a officialisé la victoire du parti au pouvoir aux dernières élections locales et législatives. L’UPR a remporté les 13 Conseils régionaux, qui ont remplacé le (...)

RDC : menace de quitter la Cour Pénale Internationale (CPI)

La RDC a déjà traduit son intention de claquer la porte de la Cour pénale internationale (CPI). Pourtant, Kinshasa bénéficie jusqu’ici des décisions de cette cour. De l’eau dans le gaz entre la Cour (...)

Zimbabwe : l’opposition veut investir Nelson Chamisa "président légitime" du pays

Le chef de l’opposition zimbabwéenne Nelson Chamisa, qui dénonce les conditions frauduleuses de la victoire du chef de l’Etat Emmerson Mnangagwa lors des récentes élections, veut se faire (...)

Côte d’Ivoire : le parti de Gbagbo demande lui aussi un report des élections locales

L’aile dure du Front Populaire Ivoirien (FPI) fondé par l’ancien président Laurent Gbagbo a demandé mardi le report des prochaines élections locales d’octobre, réitérant sa demande de réforme de la (...)

Commentez