France : Dans le cadre de l’enquête sur le Crash de Charm el-Cheikh, le Parquet de Bobigny ordonne un non-lieu

Ce lundi 13 novembre dans la commune française de Bobigny, le juge chargé de l’enquête sur le crash d’un Boeing 737 de la compagnie Flash Airlines qui s’était abîmé en mer au large de Charm el-Cheikh en 2004 en Egypte, et qui avait fait 148 morts dont 134 Français, a ordonné un non-lieu. L’annonce a été donnée par les avocats de l’Association des familles des victimes.

Selon le juge, l’enquête ne permet « pas de retenir d’autre hypothèse que celle des fautes imputables à l’équipe de pilotage  » et dénonce de « nombreux manquements, des calculs approximatifs et des analyses sommaires entraînant de mauvaises décisions » de la part des pilotes.

«  Une ordonnance de non-lieu a été rendue le 11 juillet mais nous avons fait appel  » indique cependant un avocat de l’Association des familles des victimes, Me Jean-Pierre Bellecave.

«  Il n’y a pas eu de mesure d’instruction contre les dirigeants en Egypte, alors qu’il était établi que cette compagnie avait commis un certain nombre de manquements  », indique Me Jean-Pierre Bellecave en souhaitant que l’enquête se poursuive.

Un autre avocat de l’Association des familles des victimes que «  les magistrats sont dans une situation de paralysie, les Égyptiens n’ayant pas coopéré ».

En rappel, un rapport d’experts pointait du doigt l’insuffisance de la formation des pilotes de la compagnie à bas coût Flash Airlines en 2009 et dénoncé des « manquements » de cette même compagnie. Selon le rapport des experts, l’ « expérience précédente et la courte formation en ligne ne permettaient pas un lâcher immédiat dans la fonction de commandant de bord ».

Honoré Yoda
Refletafrique.net

Dans la même rubrique

RDC : 45 morts dans des violences inter-communautaires dans l’ouest

Au moins quarante-cinq personnes ont été tuées dans des violences entre deux ethnies depuis dimanche dans une province de l’ouest de la République démocratique du Congo, provoquant un soudain afflux de (...)

Université de Bourgogne : le président du Faso fait Docteur honoris causa.

L’Université de Bourgogne à Dijon (France) a décerné, en fin de matinée, la distinction honorifique de Docteur honoris causa au président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré. Cette distinction lui a (...)

Commentez