Burkina Faso : Un imam poursuivi pour viol d’une fillette de 12 ans à Banfora

Le sieur S.C, iman et charlatan né en 1964, est accusé de viol sur O.M, une mineure de 12 ans, en classe de 5e au secteur 6 de Banfora.

Il a comparu devant le Tribunal de grande instance de Banfora, ce mardi 7 novembre 2017. Les faits remontent au 1er octobre 2017. Selon les témoignages, la victime et une fille du présumé violeur, sont des amies et se fréquentent quotidiennement. Devant les juges, O.M. a raconté que pour l’appâter, S.C. (qui s’est présenté à la barre comme commerçant de bétail), a concocté un plan diabolique. « S.C., a-t-elle expliqué, a ordonné (à elle et son amie) de balayer la maison où il reçoit ses clients ».

Pour écarter sa fille de la scène de crime, il l’envoya avec un gros billet pour chercher de la monnaie, tandis que la victime allait commencer à balayer, en attendant le retour de son amie. Selon la victime, l’imam a aspergé la maison avec un liquide et lui a ordonné de balayer. Quand elle s’est mise à balayer, il lui a dit d’aller dans la chambre d’en face qui est plutôt sale. Et c’est en ce moment qu’il a rejoint la gamine dans la chambre et l’a brutalisée jusqu’à déchirer la robe qu’elle portait, afin de la violer. D’ailleurs, c’est cet indice (la robe déchirée) qui a permis à la grand-mère de la victime de « coincer  » sa petite-fille, afin qu’elle avoue le viol. A en croire O.M, S.C. serait à son deuxième forfait. Cette déclaration semble être corroborée par le certificat médical délivré, puisque la victime aurait déjà perdu sa virginité.

Ce procès du violeur a attiré un nombreux public à l’audience. Habillé d’un grand boubou, S.C., marié et père de huit enfants, est resté la tête baissée tout au long du procès. Il a reconnu les faits d’agression sexuelle, mais a soutenu qu’il n’y a pas eu pénétration. Selon lui, quand il a voulu pénétrer, il a trouvé que la fille «  n’était pas arrivée ». Et d’ajouter que s’il avait pénétré, la fille ne serait pas dans cet état. Le parquet et la défense sont restés divisés sur cette question, au regard de l’interprétation du certificat médical versé dans le dossier. Le parquet a requis 5 ans de prison ferme. Le verdict a été mis en délibéré pour le 21 novembre 2017.

Source : AIB

Dans la même rubrique

Compte rendu du conseil des Ministres du jeudi 07 décembre 2017

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le jeudi 07 décembre 2017, en séance ordinaire, de 10 H 00 mn à 15 H 00 mn, sous la présidence de Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian (...)

France : Dans le cadre de l’enquête sur le Crash de Charm el-Cheikh, le Parquet de Bobigny ordonne un non-lieu

Ce lundi 13 novembre dans la commune française de Bobigny, le juge chargé de l’enquête sur le crash d’un Boeing 737 de la compagnie Flash Airlines qui s’était abîmé en mer au large de Charm el-Cheikh en (...)

Crise du secteur de l’éducation au Burkina : L’appel au sursaut patriotique du premier ministre

La crise qui secoue le secteur de l’éducation burkinabè ralentie les activités académiques et pédagogiques dans toutes les écoles publiques du pays. Elle laisse penser à une éventuelle année blanche (...)

Campagne d’exploitation faunique 2017-2018 : Accroître la contribution du secteur faunique à l’économie nationale

Le Ministère de l’Environnement, de l’Economie Verte et du Changement Climatique a procédé le mardi 19 décembre 2017 à Pama, chef-lieu de la province de la Kompienga, dans la région de l’Est, au (...)

Commentez