Zimbabwe : Mise en garde sans appel du Chef de l’armée à l’encontre du parti du président Robert Mugabe

Ce lundi 13 novembre, le chef de l’armée zimbabwéenne a adressé une mise en garde sans appel au parti du président Robert Mugabe. Le général Constantino Chiwenga dénonce vivement l’éviction du vice-président du pays et prévient que l’armée pourrait « intervenir » si cette « purge » ne cessait pas au sein du parti présidentiel.

« La purge actuelle qui vise clairement les membres du parti qui ont été engagés dans la guerre d’indépendance doit cesser immédiatement », a martelé le général Constantino Chiwenga en lisant un communiqué devant la presse au quartier général de l’armée, dans une déclaration particulièrement forte.

« Nous devons rappeler à ceux qui sont derrière ces dangereuses manigances que lorsqu’il s’agit de protéger notre révolution, l’armée n’hésitera pas à intervenir », a-t-il menacé.

En rappel, Emmerson Mnangagwa, longtemps pressenti comme dauphin du président Robert Mugabe dont il est un des anciens fidèles, a été humilié et démis de ses fonctions de vice-président la semaine dernière, après un bras de fer avec la première dame, Grace Mugabe.

Le chef de l’armée dénonce également « la détresse, de l’inquiétude et du désespoir et des querelles dans le pays ». « A cause de ces querelles, il n’y a eu aucun développement significatif dans le pays ces cinq dernières années », a-t-il déploré.

Honoré Yoda
Refletafrique.net

Dans la même rubrique

Mexique : une première ébauche du « mur Trump » sur 6 km de long

Les autorités américaines ont annoncé le début de la construction d’un mur le long de la frontière mexicaine ce samedi 22 septembre. Mais long de 6 km, ce mur ne sera construit que sur le long de la (...)

Burkina : trois personnes, dont deux expatriés, kidnappées dans le Nord

Trois hommes, un Indien, un Sud-Africain et un Burkinabè travaillant pour la mine d’or d’Inata au nord-ouest du Burkina Faso, ont été enlevés dimanche alors qu’ils voulaient rallier la ville de Djibo, a (...)

Congo-mort de 13 jeunes : « ces jeunes avaient été torturés puis exécutés » (ONG)

Pour l’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH), les jeunes décédés dans la nuit du 22 au 23 juillet dans le commissariat de l’ancien Chantier de construction navale (CHACONA) au nord de (...)

Ethiopie : la police conclut au suicide du directeur de barrage de la Renaissance (média)

La police a conclu au suicide dans l’enquête sur la mort du directeur de projet controversé du grand barrage de la Renaissance, sur le Nil Bleu, ont annoncé vendredi les médias d’Etat éthiopiens. Le (...)

Commentez