Burkina Faso : L’ex-président Blaise Compaoré condamne les « allégations » formulées à son égard et prône l’ « union sacrée » pour lutter contre le terrorisme

L’ex-président burkinabè Blaise Compaoré a abordé la question du terrorisme qui sévit surtout dans le Nord du pays dans un communiqué. Il fustige le fait qu’il soit accusé d’avoir des liens avec les terroristes qui multiplient les attaques meurtrières dans le pays et se dit préoccupé par la sauvegarde de la sécurité des burkinabè.

Dans son communiqué, l’ex-président Blaise Compaoré explique avoir observé un « devoir de réserve absolu » sans toutefois s’écarter de l’actualité. «  Depuis que j’ai quitté le pouvoir, j’ai observé un devoir de réserve absolu. Cependant, je reste très attentif à l’actualité de mon pays. J’ai souffert lorsqu’il a été l’objet d’attaques terroristes qui ont occasionné de nombreuses pertes en vies humaines », explique-t-il d’entame.

Il se dit très préoccupé par la «  sauvegarde de sa sécurité » et dit demeurer « de cœur et d’esprit » aux côtés du peuple burkinabé.

Abordant la question du terrorisme à proprement dit, Blaise Compaoré salue les efforts de son « successeur, démocratiquement élu, le Président Roch Marc Christian Kaboré  » et dit le respecter. Il a insisté sur l’ « exigence absolue » de « l’union sacrée » qu’il juge être «  plus qu’un impératif ».

« En matière de terrorisme, la polémique et la division partisane n’ont pas de sens. L’union sacrée est plus qu’un impératif. C’est une exigence absolue… le Président Roch Marc Christian Kaboré s’investit, avec le gouvernement, les Forces de Défense et de Sécurité, sans concession et en synergie avec les chefs d’Etat de la sous-région et des Nations-Unies dans la lutte contre le terrorisme », a argumenté Blaise Compaoré.

Cependant, l’ex-président déplore et condamne «  fermement des allégations formulées avec légèreté qui ne sont que la marque d’une très grave irresponsabilité ». « Je ne peux accepter de lire ces derniers temps, sous certaines signatures irresponsables et dévoyées par un combat politique dépassé, que j’aurais pu avoir des liens coupables avec les terroristes d’Al-Qaïda au Maghreb Islamique, lesquels justifieraient en réaction les attaques subies par mon pays. », a-t-il expliqué.

Il estime par ailleurs avoir accompli son devoir de protéger le pays de l’insécurité et des attaques terroristes « avec un sens élevé de l’Etat et dans l’intérêt majeur du peuple Burkinabè ».

Honoré Yoda
Refletafrique.net

Dans la même rubrique

Au Cameroun, les résultats controversés de la CNR donnent Biya vainqueur

La Commission nationale de recensement a achevé sa part de travail dans le cadre de la présidentielle du 07 octobre au Cameroun. Dans un rapport transmis ce 15 octobre au Conseil constitutionnel, (...)

Commémoration de l’assassinat de Thomas Sankara« On se dit pas sankariste et on est corrompu jusqu’à la moelle épinière », dixit Justin Wahir Somé

A l’orée de la commémoration de l’assassinat du président Thomas Sankara, Les Progressistes Unis pour le Renouveau (PUR) étaient face à la presse le samedi 13 octobre dernier à Ouagadougou. Cette (...)

Présidentielle 2020 : voici la stratégie de l’opposition

A la clôture du 2e congrès de l’Union pour le progrès et le changement UPC tenu le dimanche 22 juillet, Zéphirin Diabré s’est prononcé sur les critiques de son rapprochement avec l’ex-majorité le CDP et (...)

2e congrès ordinaire de l’UPC : Zeph reconduit à la tête de l’UPC

La cérémonie de clôture du 2e congrès de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) s’est déroulée hier dimanche dans l’après-midi au palais des sports de Ouaga 2000. Le docteur Zéphirin Diabré a été (...)

Commentez