Deux amants revendiquent la paternité du bébé le jour du baptême et finissent à la police

Un fait rarissime et insolite défraie la chronique depuis lundi au quartier Darou Salam de Mbour où le sujet alimente encore les débats. Il s’agit d’un incident singulier. Alors que les festivités allaient bon train et d’une ambiance bon enfant prévalait dans cette cour s’est soudainement invité un intrus.

A D, agent du trésor de Mbour, qui s’est donné en spectacle en articulant des complaintes qui ont laissé aphones certains au moment où d’autres en reliaient sous cap. A D était venu revendiquer ni plus ni moins, la paternité du nouveau-né. Le résumé père de l’enfant a juré que personne ne pourra lui prendre son fils. Ce, dans un tintamarre indescriptible. La dame tranche le débat. Elle désigne A D comme étant le père biologique de son fils selon le journal, L’Observateur.

Selon toujours le canard, elle révèle avoir informé l’autre amant (via texto) que c’est A D le père de l’enfant qu’elle portait. Ce qui n’a pas émoussé les ardeurs de celui-ci qui a pris en charge s grossesse jusqu’à terme et pour les besoins du baptême.

Il a acheté le mouton honoré des frais liés à ce baptême et remis une enveloppe de 100 000f, tout en sachant qu’il n’est pas le père biologique. Frustrés, par ce dénouement l’amant malheureux et les siens ont emporté les mets denrées et autres collations. Aux dernières nouvelles A D se serait engagé à épouser sa très convoité copine, malgré les réticences du père.

Source : Médias

Dans la même rubrique

Viol collectif : La victime retrouvée, un des violeurs arrêté

Après avoir identifié la fille victime d’un viol collectif, la police de la Brigade d’investigation judiciaire a arrêté hier, dans la soirée, l’un de ses violeurs. Vingt-quatre heures après l’appel de (...)

Sénégal : Après le faux douanier et le faux gendarme, maintenant le faux…

La série continue. Les affaires d’usurpation de fonction se suivent ces derniers jours et se ressemblent presque toutes sur un plan : elles touchent les hommes de tenue. Avant-hier, c’était le faux (...)

Commentez