Burkina Faso : « Celui qui construit un duplexe dans la zone non lotie c’est à ses risques » Dieudonné M. Bonanet

Le ministère de l’Urbanisme et de l’habitat a présenté ce jeudi 08 février 2018 à Ouagadougou les résultats obtenus durant l’année 2017 et décliné des perspectives pour la nouvelle année. A cet effet, le ministère a saisi l’occasion pour discuter sur les problèmes des habitants de certains quartiers de Ouagadougou et des quartiers non lotis.

Le ministère de l’urbanisme et de l’habitat a pour rôle d’assurer la mise en œuvre et le suivi de la politique du gouvernement en matière d’urbanisme, d’habitat et de construction. Il assure aussi la coordination de l’exécution des projets sectoriels du milieu urbain.

Il a réalisé au cours de l’année 2016-2017, des activités portant sur l’élaboration des outils de planification et de gestion urbaine, la réglementation en matière d’aménagement et de construction, la satisfaction des besoins en termes d’équipements et de logements et la promotion de la gouvernance locale.

Selon le ministre Dieudonné Bonanet, son département a pour rôle « de doter les villes du Burkina Faso en instruments de planification permettant de maîtriser la gestion de l’espace communal et d’assurer un meilleur accès aux services urbains de base  ». Par-ailleurs, il a élaboré en 2017 des schémas Directeurs d’Aménagement et d’Urbanisme (SDAU) de 13 communes urbaines dont la validation interviendra en 2018.Ces régions sont entre autres, Batié, Bittou, Bogandé, Boromo, Boussé, Houndé, Niangolo, Orodara, Pama, Po, Réo, Tougan, et Yako.Ces réalisations entrent dans le cadre du programme «  planification et aménagement urbain ».

Au cours de la période 2016-2017, les premiers lotissements de 55 chefs-lieux de communes rurales ont été démarrés, en matière de valorisation des espaces urbains et ruraux. Cette action entre dans le cadre des exceptions prévues par la mesure de suspension de lotissements.

En ce qui concerne l’aménagement du réseau de drainage des eaux pluviales, de la voirie primaire et secondaire, des voies de 115 km ont été ouvertes dans les quartiers anciennement lotis dans les localités telles que Gaoua, Koudougou, Ouahigouya, Banfora, Toma, Bassinot.

Au titre du programme « architecture et construction  », une place de la nation de 300 places assises a été construite. Outre cette construction, il y a celle d’une salle polyvalente, un stade régional, une auberge dans le cadre des festivités du 11 décembre à Kaya, écoles, lycées et collèges ainsi que 120 forages et 17950 tables-bancs.

Au titre du programme «  accès au logement décent », le ministère aréalisé sur le programme des 40 000 logements, 1113 logements en PPP,177 logements sociaux et 138 logements économiques à Bobo Dioulasso. Aces constructions, s’ajoutent ceux des 475 logements à Gaoua avec l’utilisation des matériaux locaux(BLT).
Au titre du programme « pilotage et soutien des services du ministère de l’urbanisme et de l’habitat »,13 directions régionales ont été équipées afin de les rendre plus opérationnelles.

Ces directions ont été renforcées à travers la dotation en mobiliers de bureau, en moyens roulants et en équipements professionnels puis la construction de logements.

Les grands projets de 2018 pour le ministre sont entre autres, l’accélération du programme des 40000 logements, la suite des logements dans les chefs-lieux des provinces et le démarrage de la construction de la cité de la diaspora.

En ce qui concerne les zones non loties, le ministre a affirmé que dans le programme présidentiel, il est prévu la résolution des questions des lotissements des zones non lotis.
Selon lui, le lotissement est un processus, car il faut plusieurs actions jusqu’à sa possession. Il a donc invité les populations des zones non loties à ne pas faire des constructions définitives. «  Celui qui construit un duplexe dans une zone non lotie c’est à ses risques, le jour qu’il y a aménagement, si le duplexe est dans une réserve où on doit édifier un centre de santé ou une école ou encore si ça se trouve sur un croisement de la route, il perdra son investissement, c’est à ses risques et périls », a-t-il d déclaré.


Alice Suglimanie THIOMBIANO
Refletafrique.net

Dans la même rubrique

Mali : des associations protestent contre le projet de loi d’entente nationale

Lors d’une conférence de presse, près de 40 associations de défense des droits humains au Mali ont dénoncé vendredi 9 novembre le projet de loi sur l’entente nationale qui doit le mois prochain être (...)

Gabon : Le président Ali Bongo serait sorti du coma

Selon le confidentiel, La Lettre du Continent, le président gabonais victime d’un accident vasculaire cérébral le 24 octobre dernier serait sorti depuis jeudi du coma artificiel dans lequel l’avait (...)

Burkina Faso : Un deuxième syndicat voit le jour dans la famille policière

Alliance de la Police Nationale, (APN), c’est le nom du nouveau syndicat » de la police. Ce jour 30 octobre 2018, au centre de presse Norbert Zongo, les membres du bureau exécutif de ce nouveau (...)

4e anniversaire de l’insurrection populaire au Burkina : Que retenir des 30,31 octobre ?

Ces 30, et 31 octobre marquent le 4e anniversaire, de l’insurrection populaire de 2014. Voici 4ans qu’un soulèvement populaire venait à bout d’un régime solidement installé depuis 1987. Après des (...)

Commentez