Burkina Faso : Visite de Gnassingbé et Mamadou Issoufou à Ouagadougou


Le chef de l’Etat togolais Faure Gnassingbé, président en exercice de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et le président nigérien Mamadou Issoufou, sont attendus dans la matinée du lundi 05 mars 2018 à Ouagadougou par Roch Marc Christian Kaboré.

Suite à la double attaque du 02 mars 2018, les deux chefs d’Etats viennent pour échanger avec le président du Faso. Les deux chefs d’Etat devraient être précédés par le secrétaire permanent du G5 Sahel, le Nigérien Maman Sambo Sidikou.
Cette visite sonne comme un soutien au président Roch Marc Christian Kaboré visiblement affecté par le double attentat à Ouagadougou contre l’ambassade de France et l’Etat-major de l’armée burkinabè.

Selon des sources, le président du Faso et ses trois hôtes devraient allerconstater les dégâtsaprès des entretiens au Palais présidentiel. Ces attaques ont fait 8 morts et quelques 80 blessés dans les rangs de la Force publique, selon les autorités.
La double attaque a été revendiquée samedi par le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM) lié à Al-Qaïda. Ce groupe jihadiste a donné un communiqué au site d’information mauritanien. Dans ledit communiqué,le mouvement djihadiste affirme « avoir agi en réponse à la mort de plusieurs de ses leaders dont le chef Mohamed Hacen Al-ançari dans un raid de l’armée française ». L’opération militaire française avait conduit à la mort ou la capture d’une vingtaine de djihadistes.

Alice Suglimanie THIOMBIANO
Refletafrique.net

Dans la même rubrique

Burkina Faso : Ablassé Ouédraogo fait son mea culpa

Chers Concitoyens et Chers Amis, Le 8 Juin 2015, en pleine préparation de la campagne pour l’élection du Président du Faso à laquelle j’étais candidat, j’accordais un entretien téléphonique au journal (...)

Présidentielle iranienne 2017 : Hassan Rohani réélu dès le premier tour pour 4 ans

Le président sortant de la République islamique d’Iran, Hassan Rohani gagne les élections au premier tour en obtenant la majorité avec 57 % des suffrages. Il faut dire qu’il a largement été réélu (...)

François COMPAORE refuse l’extradition, la France ne dit rien

Le principe de la réconciliation nationale au Burkina implique un certain nombre d’engagements dont l’exécution incombe aux autorités du moment pour répondre aux exigences des insurgés. Parmi ces (...)

Burkina Faso : Première session ordinaire 2018 du groupe parlementaire UPC-RD qui dresse un bilan positif

Le groupe parlementaire UPC-RD (Union pour le progrès et le changement-Renouveau démocratique) a animé une conférence de presse le jeudi 07 juin 2018 à Ouagadougou. L’objectif était de faire le bilan (...)

Commentez