France : Marine Le Pen veut rebaptiser son parti en « Rassemblement national »

Lors d’un congrès crucial pour le FN, sa présidente, Marine Le Pen, présidente du Front national a proposé ce dimanche 11 mars 2018, lors d’un congrès crucial, de rebaptiser en « Rassemblement national », le parti d’extrême droite français, le Front national. Cette décision a pour objectif de parachever sa « rénovation, condition de (son) succès  ».

Dans son discours de clôture du 16e congrès de sa formation à Lille, la présidente du FN, a déclaré que « la rénovation pour laquelle vous m’avez élue, je vous demande maintenant de la conduire à son terme, c’est la condition de notre succès  ».

Le Front national, l’actuelle dénomination du parti, « est pour beaucoup de Français, même de toute bonne foi, un frein psychologique  », a ajouté la fille du fondateur du FN Jean-Marie Le Pen, expliquant que le nouveau nom proposé devait «  exprimer une volonté de rassemblement ».

Dans l’ensemble, tout le monde à Lille se dit satisfait. Les anciens montrent un peu plus de réserve. Chez les élus, on parle de discussions qui deviendront plus faciles, plus officielles, avec certaines personnalités politiques. Chez les militants, on pense qu’il sera plus facile de convaincre des camarades de voter pour le parti.

Mais, les milliers de personnes présentes à Lille ne sont peut-être pas représentatives de l’ensemble des militants. Ce sont eux qui devront voter par courrier pour ou contre le changement du nom du FN en «  Rassemblement national  ». Le résultat ne sera pas connu avant au moins six semaines.

L’objectif est de « dédiaboliser  » le mouvement en vue de le rendre plus apte à des alliances avec la droite dite classique et ainsi le conduire au pouvoir. «  Il faut qu’aux yeux de tous, il ne fasse plus de doutes que nous sommes désormais un parti de gouvernement, a martelé la présidente du FN. Nous devons mettre en œuvre des alliances. Parce que sous la Ve République, qui repose sur un mode de scrutin à deux tours, gagner sans alliance est ardu.  »

La leader frontiste a poursuivi que «  la culture de l’alliance c’est la capacité de décider de compromis et non de compromissions ». « La culture de l’alliance c’est la faculté de respecter l’autonomie de ses partenaires, à intégrer les ralliés et à respecter ses alliés, leur parcours, leur identité, leur sensibilité. C’est la condition de notre succès. », a-t-elle ajouté.

Le principe d’un changement de nom a déjà été validé par une « courte majorité » de militants (52%), invités à se prononcer dans un questionnaire. Mais, cette consultation est sujette à caution car elle n’a pas été supervisée par un huissier.
Marine Le Pen a cependant précisé que son parti, même avec un nouveau nom, garderait son emblème historique, la flamme tricolore. Seule candidate, Marine Le Pen a été réélue dimanche matin avec 100% des suffrages exprimés pour un troisième mandat à la présidence du mouvement qu’elle dirige depuis 2011.

Alice Suglimanie THIOMBIANO et RFI
Refleafrique.net

Dans la même rubrique

Burkina Faso : « le président Roch Kaboré et son équipe assistent passivement à une descente aux enfers de nos enfants », l’opposition.

Mardi 18 décembre 2018, l’opposition a rencontré les hommes des médias au siège du CFOP à Ouagadougou pour leur dernier point de presse de l’année 2018. Objectif, échanger avec la presse autour de la (...)

Législatives au Togo : les militaires anticipent les votes !

La campagne pour les élections législatives prend fin ce mardi 18 décembre. Mais les forces de l’ordre et de défense anticipent. Ils votent aujourd’hui. Il s’agit des agents des forces de l’ordre et (...)

G20 : l’Argentine, un pays hôte en délicatesse sur le plan économique

Le président français Emmanuel Macron est arrivé mercredi 28 novembre 2018 en Argentine, pour une visite officielle de 24 heures à l’invitation de Mauricio Macri, dont le pays accueille à partir de (...)

France : Macron veut reprendre la main face à la fronde des « gilets jaunes »

Comment réagir face aux « gilets jaunes » ? Après un samedi certes moins mobilisateur qu’il y a sept jours, mais marqué par les violences parisiennes et la volonté de poursuivre le mouvement, le chef de (...)

Commentez