Le soumbala : L’épice, le nutriment, le médicament, etc.

Jugé trop rustique disons-le, archaïque, pas conditionné, conservé de façon douteuse sur les marchés africains, le soumbala a peu de côte dans les milieux urbains dits ‘‘évolués’’. On y préfère les cubes d’assaisonnement, ‘‘visuellement plus corrects’’, estimés plus hygiénique, qui plus ont un bel effet dans la cuisine grâce à leur somptueux emballage jaune scintillant. De plus, la forte odeur du soumbala qui ne vous lâchera pas de la journée, voire de la nuit lorsque vous l’utilisez, n’est pas faite pour jouer en sa faveur ! Et pourtant...

Ce condiment appelé aussi moutarde africaine jouit d’une très bonne réputation dans les communautés traditionnelles d’Afrique de l’Ouest où il est utilisé pour relever de façon excellente le goût des repas. Si vous pensez que le soumbala n’est qu’un épice, détrompez-vous, il est aussi très riche en nutriments ! Si vous pensez que le Soumbala n’est que riche en nutriments, détrompez-vous, il est aussi un médicament ! Si vous pensez que… Bref, découvrons ensemble cet épice qui a plus d’une facette à nous dévoiler !
Le néré, l’arbre à Soumbala

Arbre de la savane africaine, le néré participe grandement à l’alimentation de la population à travers son fruit duquel le soumbala est tiré. Le néré de son nom scientifique Parkia Biglobosa pousse partout en Afrique de l’Ouest.
On l’appelle aussi arbre à farine, arbre à fauve, caroubier africain (en raison de la ressemblance de sa gousse avec celle du caroubier). Et dans tous les pays où il pousse, on connaît ses vertus et tout ce qu’il peut apporter à l’homme. Outre la production du soumbala, on utilise ses produits pour la santé. Ainsi, pour lutter contre la lèpre, on utilise les fleurs tandis que la pulpe du fruit sert contre la fièvre jaune, la constipation et l’ictère. Contre une morsure de serpent, le rameau de la plante suffit pour arrêter la progression du venin. On peut aussi utiliser les cosses comme engrais, ou comme poison pour la pêche ou encore comme crépi pour enduire les murs des cases.
Le Soumbala

Pour les pro-soumbala, pas l’ombre d’un seul doute ! C’est un inconditionnel de la cuisine grâce à son parfum prononcé et son goût incomparable ! Se présentant sous forme de graines, en poudre ou en bâtonnet, son coût est accessible à tous sur les marchés.

Soumbala en poudre

Et ces adeptes du soumbala ne le savent peut-être pas mais en plus de ces arguments, cet épice est une excellente source nutritionnelle pour les familles à faible revenus. En effet, 100 g de soumbala sec apporte à l’organisme :
- 432 calories
- 6,5 mg de protides
- 28 ,8 g de lipides
- 378 mg de fer.

De plus, il existe également la présence de la vitamine B2, vitamine PP et de vitamines C, ce qui permet de limiter les risques de scorbut.

Vertus du Soumbala
Le Soumbala en plus de son intérêt gustatif, est aussi un médicament. Il a un effet bénéfique sur notre santé. En effet :
- Sa teneur en iode peut combattre l’apparition du goitre (remarquez que les peuples de la savane n’ont quasiment pas de goitre) ;
- Il favorise l’activité cardiaque ainsi que le fonctionnement du cerveau
- Il permet de lutter contre l’hypertension artérielle et sa consommation régulière prévient cette maladie ;
- Il prévient également et réduit certaines formes d’anémie ;
- Il renforce les défenses immunitaires, particulièrement en matière de prévention du cancer.
- Il soulage les piqûres et brûlures. En effet, chez certains peuples d’Afrique de l’Ouest, il est coutume d’appliquer un cataplasme de soumbala sur les parties concernées en cas de piqûre de scorpion ou d’abeille ;

- C’est un excellent remontant : il est recommandé d’en consommer en cas de grande fatigue pendant quelques jours. Ainsi, une soupe de soumbala pure ou additionnée à un peu de légumes pas trop cuits… car le jus de soumbala est source considérable d’énergie.

Enfin, le soumbala pourrait ajouter à son palmarès qu’il est un produit bio, donc sans danger ni effets secondaires pour l’organisme, contrairement aux cubes d’assaisonnement qui foisonnent sur les marchés.

Refletafrique.net
Sources :L’AUTRE AFRIQUE

Dans la même rubrique

Burkina Faso : Le ministère de l’enseignement supérieur met fin à la souffrance des étudiants

Le ministère de l’enseignement supérieur de la recherche scientifique et de l’innovation (MESRSI) a organisé une conférence de presse ce mercredi 12 septembre 2018 à Ouagadougou. Le but de cette (...)

Technologie : Tout sur la fibre optique

Vous savez certainement que la fibre optique est utilisée dans des applications Internet, de communication ou pour les connexions télé par exemple, mais savez-vous vraiment comment elle fonctionne (...)

Burkina : La Société de Cardiologie du Burkina (SO. CAR. B) veut contribuer davantage à la lutte contre les affections cardiovasculaires et diabète.

davantage à la lutte contre les affections cardiovasculaires et diabète. La société de cardiologie du Burkina a organisé le mercredi 19 juillet 2018 les 6e journées scientifiques. Placé sous le thème, (...)

Dengue et Ebola : Le jus de feuilles de papaye pour prévenir et traiter la fièvre hémorragique

Depuis quelques années, le continent Africain est victime de certaines maladies virales, dont la dengue et Ebola. Parmi la multitude de prise en charge, il existe la médecine traditionnelle qui est (...)

Commentez