Tchad : Les travailleurs reprennent leurs activités après la signature d’un accord avec le gouvernement

Les travailleurs du secteur public tchadien, en grève depuis plusieurs semaines pour protester contre les coupes des salaires au nom des mesures d’austérité ont conclu un accord ce soir avec le gouvernement. Ce dernier s’engage à rembourser les salaires coupés en guise de mesures de rétorsions contre les travailleurs grévistes. En échange, les travailleurs décident de mettre fin à la grève et reprendre le travail.

C’est un accord qui a été négocié en sept jours, après sept semaines de grève. Au terme des discussions, les principaux points de l’accord sont résumés par le secrétaire général adjoint de la confédération libre des travailleurs du Tchad : «  Le paiement de salaire du mois de février 2018 à tous les agents de l’Etat, l’application des moratoires de trois mois à savoir février, mars et avril 2018 par les établissements bancaires sur les prêts contractés par les agents de l’Etat, la suspension du recensement en cours, la suspension de la grève générale en cours et la reprise du travail après le paiement effectif de tous les agents de l’Etat. »

Pour le ministre de la Fonction publique et Dialogue social, Mahamat Moctar Ali, la fin du blocage des services publics consacrés par cet accord est une victoire pour tout le peuple tchadien : « Chers partenaires, aujourd’hui 14 mars constitue un grand jour pour les travailleurs, d’arriver avec la grâce de Dieu à cette conclusion très salutaire pour le pays et pour toute la population tchadienne. »

Pour Barka Michel, porte-parole de la plateforme revendicative, cet accord est un motif suffisant pour reprendre le travail. « Le gouvernement, qui a pris l’engagement de refuser de payer le salaire, est revenu sur sa décision, y compris pour ceux dont le salaire n’avait pas été payé en février, puisqu’il repaie le salaire qu’il avait coupé aux travailleurs. Deuxièmement, le recensement, qui était un acte qui n’était pas fait en accord avec nous, est suspendu. Quelque chose de très important également : vous avez vu qu’il y a un moratoire jusqu’au mois d’avril pour qu’on ne touche pas aux salaires des travailleurs. Ça veut dire qu’à partir du mois de mai, lorsque les salaires seront rétablis, les banques pourront peut-être toucher aux mensualités de ceux qui sont sous crédit. Le gouvernement s’engage à rembourser ce qu’il a coupé, pas en espèce, ni en nature, mais c’est dit. On verra quelles seront les modalités. Nous avons peut-être gagné le minimum, mais nous espérons avoir gagné ce qu’il faut pour que nos travailleurs puissent reprendre le travail. »

Selon plusieurs observateurs, les deux parties s’en tirent à bon compte. Le gouvernement vient de se retirer une épine du pied et les syndicats ont obtenu d’être payés les jours non travaillés avec en plus la promesse de remboursement des salaires coupés dans le cadre des mesures d’austérité.

Valentin Youmanli MANO
Refletafrique.net

Dans la même rubrique

Situation sécuritaire au Burkina Faso : On s’en remet aux marches de soutien

Le 29 septembre 2018, l’opposition politique rassemblait ses membres et sympathisants à la place de la nation pour un meeting puis une marche à travers quelques artères de la ville de Ouagadougou. (...)

RDC : Une journaliste détenue pour diffamation

La journaliste Sylvanie Kiaku est détenue provisoirement pour diffamation. Cela fait plus d’une semaine que la journaliste congolaise est détenue à la prison centrale de Kinshasa. Le 10 octobre (...)

Congo-mort de 13 jeunes : « ces jeunes avaient été torturés puis exécutés » (ONG)

Pour l’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH), les jeunes décédés dans la nuit du 22 au 23 juillet dans le commissariat de l’ancien Chantier de construction navale (CHACONA) au nord de (...)

Ethiopie : la police conclut au suicide du directeur de barrage de la Renaissance (média)

La police a conclu au suicide dans l’enquête sur la mort du directeur de projet controversé du grand barrage de la Renaissance, sur le Nil Bleu, ont annoncé vendredi les médias d’Etat éthiopiens. Le (...)

Commentez