Lutte anticorruption au Burkina : Le Réseau national de lutte anti-corruption REN-LAC décèle une impuissance de l’Etat

En vue de faire le point de l’audience qui lui a été accordée par le chef de l’Etat le 27 mars dernier ; Le Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC), a animé une conférence de presse, ce mercredi 11 avril 2018. Une occasion au cours de laquelle le REN-LAC a profité pour remettre officiellement un mémorandum d’interpellation sur la volonté politique dans la lutte contre la corruption.

Le REN-LAC était face à la presse ce mercredi 11 avril 2018, afin de faire le point sur l’audience que le président du Faso leur a accordé en mars dernier. Selon les conférenciers, cette audience est intervenue à l’occasion de la double commémoration de la 12ème édition des Journées nationales de refus de la corruption (JNRC) et du 20ème anniversaire du Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC), tenus du 1er au 20 décembre 2017 sous le thème : « Le REN-LAC, 20 ans de vie, 20 ans de lutte contre la corruption et l’impunité aux côtés du peuple : acquis, défis et perspectives  ».

Le Secrétaire exécutif du REN-LAC, Dr Claude Wetta, a déclaré « Au cours de cette audience, le REN-LAC a, de vive voix, exprimé au chef de l’Etat, son insatisfaction et ses inquiétudes quant à sa volonté et à son engagement dans la lutte contre la corruption dans notre pays ».

Séance tenante, le REN-LAC a interpellé le chef de l’Etat à travers un mémorandum sur deux points majeurs :
- La nécessité d’agir urgemment contre l’impunité et pour le recul de la corruption, condition sine qua non d’un véritable décollage économique et social du pays ;
- La nécessité de mettre en œuvre concrètement les réformes institutionnelles et législatives opérées à la faveur de l’historique insurrection du peuple, notamment la loi N°004-2015/CNT du 3 mars 2015 portant prévention et répression de la corruption au Burkina Faso et la loi organique sur l’Autorité supérieure du contrôle d’Etat et de lutte contre la corruption (ASCE-LC).

Les doléances du REN-LAC
Selon le Dr Claude Wetta, le REN-LAC a signifié au Président du Faso que tout le peuple burkinabè l’invite en tant que chef de l’Etat à prendre le taureau par les cornes dans la lutte contre la corruption en s’impliquant personnellement et en donnant l’exemple à travers des signaux forts.
Le REN-LAC a par la même occasion invité le président KABORE à agirsur les points suivants :
-  Veiller à ce que les structures d’enquêtes, les corps de contrôles et la justice aient les moyens humains et financiers prévus pour accomplir leur mission ;

-  Mettre tout en œuvre pour solder le lourd passif des crimes économiques ;

-  Prendre des mesures fortes en vue de la rationalisation de la gestion des véhicules de services et de fonction, afin de réduire d’une part les opportunités de corruption et malversations et d’autre part, de réaliser des économies qui serviraient à la promotion d’infrastructures pour offrir des services sociaux de base de qualité aux populations ;

-  Veiller à ce que la désignation des directeurs généraux des sociétés d’Etat (SE) et des Etablissements publics de l’Etat (EPE) se fasse par voie de recrutement à travers un appel à candidature, pour insuffler un vent de gouvernance saine et vertueuse en leur sein.

Les réactions de Roch Marc Christian KABORE

A en croire les conférenciers, «  En réponse, le chef de l’Etat tout en confiant être en parfait accord avec le REN-LAC sur ses analyses et sur les points d’interpellation a aussi insisté sur la nécessité que chaque acteur joue son rôle ».

Sur la questionde l’impunité, Roch Kaboré, après avoir rappelé au passage les efforts d’amélioration du traitement des magistrats, a dit ne pas comprendre que les choses restent toujours en l’état du côté de la justice.

Quant aux détournements dans l’administration publique, le Président du Faso a par ailleurs invité le REN-LAC à orienter aussi ses actions vers les syndicats qui refuseraient de participer à la mise en place des conseils de discipline dans les ministères.

La question des biens mal acquis, avait également été abordée lors de l’audience et à ce propos le Président du Faso a laissé entendre qu’on ne regarde que ceux d’en haut, tout en ignorant ceux du « milieu », les fonctionnaires qui, malgré leurs modestes moyens, ont des patrimoines immobiliers impressionnants à Ouaga 2000. A en croire le REN-LAC.

M. Wetta pour terminer a souligné « Comme vous le constatez, il y a à travers les propos du président du Faso, comme un aveu d’impuissance au sommet de l’Etat face à un fléau aussi grave que la corruption. Bien évidemment pour que la corruption recule dans notre pays, il faut un changement des mentalités à tous les niveaux  ».

Bénédicte ZONGO/SANKARA
Refletafrique.net

Dans la même rubrique

« Contrôle spécial ramadan » : Des cas de pratiques illicites de prix et saisi des produits périmés

Dans le cadre de la lutte contre la vie chère, et pour une maitrise des prix des produits de grande consommation en ce mois de ramadan, le ministère en charge du commerce à travers la Direction (...)

Kongoussi : NordGold inaugure sa 3e unité de production d’or

L’entreprise NordGold a inauguré ce jeudi, sa 3e usine qui devrait permettre à l’Etat burkinabè d’engranger 64 milliards de FCFA en dix ans et de créer 350 emplois directs. Le ministre de (...)

PNDES 2016-2020 du gouvernement burkinabè : Le comité technique national évalue les avancées en réalisations

Dans le cadre du processus de suivi du PNDES, le comité technique national du PNDES a organisé une session ordinaire ce mercredi 11 avril 2018 à Ouagadougou. Il s’agit pour le comité de faire le (...)

Burkina Faso : Les travaux des infrastructures du 11 décembre 2018 lancés à Manga

Les travaux de construction des infrastructures entrant dans le cadre de la célébration du 11 décembre 2018 dans la région du Centre-sud ont été officiellement lancés, le samedi 7 avril 2018, à Manga. (...)

Commentez