Israël : L’Ouganda envisage l’accueil des migrants africains

Le secrétaire d’Etat ougandais en charge des Réfugiés a assuré ce vendredi 13 avril 2018, que l’Ouganda “envisage” d’accueillir sur son sol quelque 500 migrants érythréens et soudanais en situation irrégulière en Israël. Cet Etat hébreu entend les expulser de son territoire.

Le gouvernement (…) envisage positivement la requête” israélienne d’accueillir ces migrants, a déclaré le secrétaire d’Etat Musa Ecweru, après plusieurs mois durant lesquels son pays a démenti tout accord sur la question.

Il a assuré qu’Israël ne payera pas l’Ouganda pour accueillir ces migrants. Il a aussi assuré que les motivations ougandaises sont “purement humanitaires”, et que les migrants ne seraient pas déportés de force.

Le gouvernement de Benjamin Netanyahu, le plus à droite de l’histoire d’Israël, veut expulser des milliers d’Erythréens et de Soudanais entrés illégalement dans le pays et qui n’ont pas de demande d’asile en cours d’instruction. Le gouvernement leur propose de partir “volontairement” avec une somme de 3.500 dollars (2.800 euros). S’ils refusent le départ et, ils risquentd’être arrêtésdétenus jusqu‘à ce qu’ils acceptent de quitter le pays.

Les autorités n’ont toutefois pas indiqué vers quels pays les migrants pourraient être expulsés. Israël reconnaît tacitement que ces migrants ne peuvent être renvoyés au Soudan ou en Erythrée sans mettre leur vie en danger.

Des ONG israéliennes assurent depuis plusieurs mois que des accords ont été passés avec l’Ouganda et le Rwanda, ce que les intéressés ont démenti à plusieurs reprises.
Le plan d’expulsion du gouvernement israélien a suscité de nombreuses critiques, notamment du Haut-Commissariat aux réfugiés de l’ONU, maisaussi en Israël de certains survivants de la Shoah et d’une partie de la société civile.

En début avril, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, avait accepté d’annuler ce programme d’expulsions. Il avait assuré qu’un accord avec l’ONU allait permettre de transférer les migrants concernés vers “des pays développés comme le Canada, l’Allemagne ou l’Italie”. Mais M. Netanyahu avait changé sa proposition quelques heures plus tard, et annulé l’accord avec l’ONU.

Selon les autorités israéliennes, 42.000 migrants africains vivent actuellement en Israël. Les femmes et les enfants n‘étaient pas menacés par le plan initial d’expulsions. Ces migrants sont arrivés majoritairement après 2007, à partir du Sinaï. Ils se sontainsi installés en nombre dans des quartiers pauvres de Tel-Aviv, la grande ville côtière. Selon M. Netanyahu, ces migrants ne sont pas des réfugiés, mais des “infiltrés illégaux”.

Alice Suglimanie THIOMBIANO
Refletafrique.net

Dans la même rubrique

Côte d’Ivoire : Locales 2018, le Gouvernement annonce 5 morts et entend sanctionner tous les acteurs qui seront pris dans le cadre de violation et de trouble à l’ordre public

Mercredi 17 Octobre 2018 Ce sont au total cinq personnes qui ont trouvé la mort lors des élections régionales et municipales du 13 octobre 2018. C’est le lourd bilan établi ce jour par le (...)

Libye : le maréchal Haftar reçu au Tchad par le président Déby

Le maréchal Khalifa Haftar, l’homme fort de l’est libyen, a été reçu mardi soir par le président tchadien Idriss Déby Itno à N’Djamena, a-t-on appris mercredi de source proche de la présidence tchadienne. (...)

Le président tunisien Béji Caïd Essebsi promet des élections pour 2019

Le président tunisien Béji Caïd Essebsi a promis que les élections auraient lieu en décembre 2019. Il a fait cette annonce lors d’un entretien diffusé lundi à la télévision au cours duquel il a également (...)

Zimbabwe : l’opposition veut investir Nelson Chamisa "président légitime" du pays

Le chef de l’opposition zimbabwéenne Nelson Chamisa, qui dénonce les conditions frauduleuses de la victoire du chef de l’Etat Emmerson Mnangagwa lors des récentes élections, veut se faire (...)

Commentez