Burkina : Les services de sécurité en alerte face à la constitution d’un nouveau « front » djihadiste dans l’Est

Repérés fin mars par une patrouille de l’armée burkinabè, des jihadistes présumés ont été chassés avant de pouvoir s’implanter dans une forêt de l’est du pays. Craignant la constitution d’un nouveau «  front » jihadiste dans cette zone stratégique, les services de sécurité sont en alerte depuis plusieurs semaines.

Fin mars, une petite dizaine de jihadistes présumés, qui tentaient de s’implanter dans une forêt à l’est de Fada N’Gourma, au Burkina, ont été pris en chasse par une patrouille de l’armée. Certains ont été interceptés par les forces de sécurité nigériennes alors qu’ils tentaient de se replier au Niger voisin – où ils se trouvent toujours, en attendant leur éventuel transfert à Ouagadougou.

Une zone stratégique
Ces dernières semaines, les services de sécurité burkinabè, déjà confrontés à de multiples attaques dans le Nord, le long de la frontière avec le Mali, s’inquiétaient de la constitution d’un nouveau « front » jihadiste dans l’est du pays. Selon une source au sein des renseignements, ce réseau avait monté un maquis dans la brousse dite d’Ougarou, une zone forestière giboyeuse parsemée de points d’eau, où ils pouvaient facilement se cacher et se ravitailler.

Ces hommes, qui disposaient d’un important armement, sont suspectés d’être derrière les attaques qui ont coûté la vie à un policier, mi-février, à Natiaboani, et à un agent des eaux et forêts, mi-mars, à Nassougou.

Source : JEUNE AFRIQUE

Dans la même rubrique

Burkina : Safiatou Lopez mise en liberté provisoire

Arrêtée puis incarcérée depuis fin septembre 2018, Safiatou Lopez / Zongo a bénéficié d’une mise en liberté provisoire ce mercredi 02 janvier 2019 apprend-on de sources proches de la famille. Depuis son (...)

Mali : Un nouvel an sanglant

37 personnes ont été tuées à Koulogon, un village peulh situé dans la région de Mopti au centre du pays. Selon le communiqué publié mardi soir par les autorités maliennes, les chasseurs traditionnels (...)

Commentez