Burkina : Homosexualité à Ouagadougou, un expatrié accusé de viol

Un jeune lycéen a avoué être la victime d’un acte de viol. Le mis en cause, serait un richissime expatrié, vivant et travaillant sur le sol burkinabè. Selon « Ouaga FM », station radio qui a recueilli le témoignage du jeune homme et en a fait cas sur ses ondes, la présumée victime aurait après le prétendu acte, porté plaintes à la gendarmerie de Boulmiougou et de Nongremassom, ainsi qu’au commissariat central de Ouagadougou. Plaintes, qui selon le plaignantn’ont pas abouti. Pis encore, ilaurait fait l’objet de menaces de la part d’un gendarme en poste à la brigade de Boulmiougou. En retour l’expatrié accusé aurait à son tour posé plainte pour extorsion de fonds contre le jeune homme et son entourage. L’affaire, est encore au parquet en attente de suites. Les explications de Ouaga FM au confrère de Faso.net.
De l’avis du confrère « Ouaga FM », le jeune lycéen qui fait aujourd’hui la classe de terminale, serait venu dans ses locaux prétendant être la victime d’un acte de viol dont le responsable désigné est un riche expatrié vivant au quartier Gounghin, à Ouagadougou. Les faits, eux, remonteraient à septembre 2017, quand l’élève travaillait encore pour le riche homme d’affaires.

Après donc les faits, explique la source approchée (Ouaga FM), des plaintes ont été déposées par la victime dans les gendarmeries de Boulmiougou et de Nongremassom. Lesdites plaintes, «  classées sans suite », selon les termes du plaignant rapportés tels quels par le confrère ; une autre plainte, cette fois au commissariat central de Ouagadougou fut déposée et traitée.

«  Dans son témoignage il dit que non seulement la gendarmerie a refusé de traiter sa plainte, mais aussi il a été l’objet de menaces de la part d’un gendarme en poste à la brigade de Boulmiougou », a noté la source tout en indiquant les menaces proférées. «  Il avoue que ce dernier l’a menacé en lui demandant de retirer sa plainte sinon il serait mis en prison. Que l’acte de viol dont il est victime n’est pas interdit au Burkina Faso, et que lui-même en tant que gendarme, il a quelques fois conduit d’autres jeunes vers ce même présumé violeur, etc. », a-t-elle cité.

Au regard de l’effet de bombe et des réactions à la suite de cette affaire sur les antennes de « Ouaga FM », la station radio a jugé nécessaire de se rendre au niveau du commissariat central, endroit où la dernière plainte fut déposée, afin de s’enquérir du déroulement des enquêtes. Là-bas, raconte le confrère de presse, il a été reconnu par les personnes en charge de l’enquête, une concordance des propos tenus lors de l’interview (avec Ouaga FM) et ceux inscrits dans la plainte. Il est également ressorti des enquêtes du commissariat que les menaces proférées sont bel et bien réelles, parce qu’ayant reçu la confirmation de l’opérateur mobile attestant d’échanges de messages et d’appels entre les deux concernés.

Après le commissariat central, le confrère a mis le cap sur la brigade de gendarmerie dont relève l’agent qui serait à la base des menaces. Une fois sur les lieux, les pandores lui auraient fait savoir que c’est plutôt une autre plainte sur la même affaire qui avait été reçue au niveau de la gendarmerie de Kosyam, celle du présumé violeur.

De cette histoire rocambolesque, l’on retient d’une part, qu’il y a au commissariat central, l’existence d’une plainte contre l’expatrié et contre le gendarme accusé d’avoir formulé des menaces. Et de l’autre, à la gendarmerie de Kosyam, une plainte faisant mention d’une escroquerie de 20 millions de FCFA de la part de l’entourage du lycéen et d’un policier jugé comme le cerveau de cette escroquerie.

Autre contradiction notable dans cette affaire, c’est celle entre policiers et gendarmes. La première force, qui affirme « avoir bouclé le dossier » et donc est prête à interpeller le principal accusé, l’expatrié, s’est rendue compte que ce dernier n’était plus sur le sol burkinabè. Du côté de la seconde force, la gendarmerie, c’est tout le contraire qui est affirmé. Et elle en veut pour preuve la plainte déposée par l’expatrié à la brigade de Kosyam.

Sur cette énième opposition entre forces de l’ordre, et étant donné que toutes les plaintes formulées ont pour point de convergence le parquet, «  Ouaga FM » a décidé de s’y rendre. Reçu alors par madame le procureur du Faso, près le tribunal de grande instance de Ouagadougou, cette dernière aurait attesté de l’existence des deux plaintes (plainte du jeune homme auprès du commissariat central et celle de l’expatrié du côté de la brigade de gendarmerie de Kosyam). Elle compte de même traiter l’affaire en un seul dossier pour la raison que tous les deux dossiers découlent de la prétendue affaire de viol. Aussi, pour ce qui est de la présence ou de l’absence de l’expatrié sur le sol du Burkina, le procureur aurait confirmé, après investigations à l’aéroport, la sortie du territoire burkinabè de l’expatrié et jusqu’à présent aucun retour n’est enregistrée.

Vu donc la complexité du dossier, un juge d’instruction a été saisi. Pour sa part, le parquet aurait finalement affirmé que le dossier « n’est pas classé sans suite ». Et promet à cet effet de le traiter sans complaisance pour chacune des parties. Propos rassurant qui laissent croire que toute la lumière sera faite sur cette affaire afin de situer les responsabilités.

Alice Suglimanie THIOMBIANO
Refletafrique.net

Dans la même rubrique

Situation sécuritaire au Burkina Faso : On s’en remet aux marches de soutien

Le 29 septembre 2018, l’opposition politique rassemblait ses membres et sympathisants à la place de la nation pour un meeting puis une marche à travers quelques artères de la ville de Ouagadougou. (...)

RDC : Une journaliste détenue pour diffamation

La journaliste Sylvanie Kiaku est détenue provisoirement pour diffamation. Cela fait plus d’une semaine que la journaliste congolaise est détenue à la prison centrale de Kinshasa. Le 10 octobre (...)

Burkina Faso : La SONABHY dément la Rumeur sur une pénurie de carburant demain 03 octobre

Des messages circulent depuis quelques heures sur les réseaux sociaux annonçant un mouvement des transporteurs et invitant les populations à se ravitailler en produits pétroliers. Dans le communiqué (...)

73e session de l’ONU : Le ministre Alpha Barry présente le Présimètre

Débutés le 18 septembre 2018, les travaux de la 73e session ordinaire de l’Assemblée générale de l’ONU se poursuivent. Ce jeudi 27 septembre 2018, le ministre des Affaires étrangères et de la (...)

Commentez