France : l’ex-ministre Cahuzac condamné à 4 ans de prison, dont deux avec sursis

L’ancien ministre français du budget, Jérôme Cahuzac, est condamné ce mardi 15 mai à quatre ans de prison et 300 000 euros d’amende par la Cour d’appel de Paris. Ce dernier était poursuivi pour «  fraude fiscale » et qui a été condamné en 2016 à trois ans de prison, a été rejugé en février. Avec cette décision, Jérôme Cahuzac devrait pourtant échapper à la prison.

Jérôme Cahuzac devrait pouvoir bénéficier d’un aménagement de peine. Mais pour cela, c’est un nouveau combat judiciaire qui commence devant le juge des libertés et de la détention, selon son avocat, Me Eric Dupond-Moretti, à la sortie de la salle d’audience, pour aménager la peine de Jérôme Cahuzac et lui éviter ainsi la prison. L’ancien ministre socialiste du Budget, sans cravate, chemise blanche, les traits fatigués, a écouté l’intégralité de la lecture du délibéré, la tête baissée, avant de relever son visage indiquant le soulagement au prononcé de la peine : quatre ans d’emprisonnement dont deux ans avec sursis.

Sa défense doit maintenant prouver la volonté d’insertion de l’ancien responsable socialiste. La cour d’appel a confirmé la fraude fiscale de blanchiment et la volonté aussi d’échapper à l’impôt du prévenu, via des comptes à l’étranger, en Suisse et à Singapour. Ce qui reste pénalement répréhensible, aggravé par le fait que Jérôme Cahuzac était le « Monsieur propre » du gouvernement français. Chargé de lutter contre la fraude, il a plutôt trompé la vigilance du peuple français, les yeux dans les yeux, à la représentation nationale. Ce qui contraint la cour d’appel de confirmer son inéligibilité de cinq ans, en lui infligeant également une lourde peine d’amende : au total 350 000 euros, que devra reverser Jérôme Cahuzac à l’Etat français. A la sortie du tribunal, Me Dupond-Moretti, l’avocat de Jérôme Cahuzac, a salué «  une victoire de la justice ». « On estime que ce n’est pas une victoire de la défense, mais que c’est une réelle victoire de la justice parce que cette décision est équilibrée ».

Kouadio Jean-Jaurès
Refletafrique.net

Dans la même rubrique

Cameroun : abandon des poursuites judiciaires contre plus de 285 séparatistes anglophones

Le président camerounais a annoncé ce jeudi 13 décembre 2018 l’arrêt des poursuites contre 289 personnes. Ces dernières sont inculpées pour des actes commis dans le cadre de la crise anglophone. C’est (...)

Côte d’Ivoire : « Il n’est rien même dans son propre pays », Laurent Gbagbo

Laurent Gbagbo, ancien président ivoirien, reste fermement opposé au système de la françafrique. Dans un livre qu’il co-signe, à paraître ce jeudi 13 décembre, l’ex-dirigeant pointe ses homologues au (...)

G20 : l’Argentine, un pays hôte en délicatesse sur le plan économique

Le président français Emmanuel Macron est arrivé mercredi 28 novembre 2018 en Argentine, pour une visite officielle de 24 heures à l’invitation de Mauricio Macri, dont le pays accueille à partir de (...)

France : Macron veut reprendre la main face à la fronde des « gilets jaunes »

Comment réagir face aux « gilets jaunes » ? Après un samedi certes moins mobilisateur qu’il y a sept jours, mais marqué par les violences parisiennes et la volonté de poursuivre le mouvement, le chef de (...)

Commentez