Liberia : premières étincelles entre George Weah et sa vice-présidente


Des rumeurs sur d‘éventuelles tensions entre le président libérien George Weah et sa vice-présidente Jewel Taylor bruitaient depuis quelques semaines au Liberia. Ce lundi, la deuxième personnalité du pays a fini par l’admettre.

Invitée de l‘émission matinale Truth sur la radio Truth FM, Jewel Taylor s’est excusée auprès du président Weah pour ses sorties du pays à répétition sans l’en aviser au préalable. Elle reconnaît que ses voyages ont fini par créer un climat de méfiance à la tête de l’exécutif. Au Liberia, nombreux sont ceux qui ont lié ces sorties à des rencontres secrètes avec son époux, Charles Taylor.

Ce dernier a été condamné en 2012 pour terrorisme, viol, meurtre et utilisation d’enfants-soldats par des groupes rebelles dans la Sierra Leone voisine pendant la guerre civile de 1991-2002, au cours de laquelle quelque 50 000 personnes sont mortes.

Mais, au-delà, ces tensions entre le chef de l’Etat et son adjointe viennent de nouveau entretenir le débat sur l’ambiguïté de l’alliance entre ces deux personnalités. En effet, l’ancien footballeur de classe mondiale était jusqu’il y a quelques années encore, un fervent détracteur de Charles Taylor et de son parti, le Parti national patriotique (NPP), aujourd’hui dirigé par son épouse.

En dépit de la coalition qu’elle forme avec le Congrès pour le changement démocratique (CDC) de Weah, Jewel Taylor n’a jamais banni les idéaux de son époux. Au contraire, lors de sa campagne électorale, elle a estimé que le pays devrait revenir à “l’agenda” défini par Charles Taylor lorsqu’il était président.

Refletafrique.net avec Africanews

Dans la même rubrique

Burkina Faso : Ablassé Ouédraogo fait son mea culpa

Chers Concitoyens et Chers Amis, Le 8 Juin 2015, en pleine préparation de la campagne pour l’élection du Président du Faso à laquelle j’étais candidat, j’accordais un entretien téléphonique au journal (...)

Présidentielle iranienne 2017 : Hassan Rohani réélu dès le premier tour pour 4 ans

Le président sortant de la République islamique d’Iran, Hassan Rohani gagne les élections au premier tour en obtenant la majorité avec 57 % des suffrages. Il faut dire qu’il a largement été réélu (...)

Guinée : l’opposition suspend ses manifestations après une offre de médiation internationale

L’opposition guinéenne a annoncé mercredi la suspension de ses manifestations de protestation contre les résultats des élections locales de février, après avoir, selon elle, reçu une offre de médiation (...)

Burundi : Début du vote pour accorder le pouvoir absolu à N’Nkurunziza

Les Burundais ont commencé à voter ce jeudi 17 mai 2018 sur une vaste révision constitutionnelle destinée à renforcer le pouvoir du président Pierre Nkurunziza. Cela pourrait lui permettre de continuer (...)

Commentez