Mali :12 civils tués dans un incident à Boulékessi

Une attaque a fait au moins 12 morts le 20 mai 2018. Les victimes sont tous des civils maliens et l’attaque a eu lieu dans la localité de Boulékessi au nord-Mali, près de la frontière avec le Burkina Faso.

La situation reste tendue au lendemain de la mort d’au moins douze personnes dans des circonstances non encore élucidées.

Une source militaire de cette force conjointe a indiqué qu’il s’agissait «  des troupes maliennes sous commandement du G5 Sahel qui sont au centre de l’affaire ». Elle a ajouté que cet acte est survenu après l’attaque d’un militaire par un homme armé dans le marché de ladite localité.

« Il est difficile de joindre au téléphone la localité. Il faut une enquête pour savoir comment sont morts les civils et qui a tiré sur le militaire  », a conclu la source.
Plusieurs témoins parlent de bavures policières et d’au moins 15 morts.Le ministre malien de la défense Tiénan Coulibaly n’avait pas donné suite dimanche en fin d’après-midi.

Une histoire ahurissante de plus au Mali qui ferait la une si elle se produisait ailleurs. Dont les contours resteront flous faute d’enquête sérieuse, et qui sera recouverte demain par une autre histoire, tout aussi affreuse. Les familles livrées à elles-mêmes n’oublieront pas pic.twitter.com/AqdICmTeLP.

— Yvan Guichaoua (@YGuichaoua) 20 mai 2018

Le nord du Mali est tombé sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda en 2012. Des groupes en grande partie ont été chassés et dispersés par une opération militaire lancée depuis janvier 2013 à l’initiative de la France.

Malgré la signature en mai-juin 2015 d’un accord de paix censé isoler définitivement les jihaddistes, plusieurs zones entières du pays échappent encore au contrôle des forces qui sont régulièrement visées par des attaques.

Alice Suglimanie THIOMBIANO
Refletafrique.net

Dans la même rubrique

Situation sécuritaire au Burkina Faso : On s’en remet aux marches de soutien

Le 29 septembre 2018, l’opposition politique rassemblait ses membres et sympathisants à la place de la nation pour un meeting puis une marche à travers quelques artères de la ville de Ouagadougou. (...)

RDC : Une journaliste détenue pour diffamation

La journaliste Sylvanie Kiaku est détenue provisoirement pour diffamation. Cela fait plus d’une semaine que la journaliste congolaise est détenue à la prison centrale de Kinshasa. Le 10 octobre (...)

Congo-mort de 13 jeunes : « ces jeunes avaient été torturés puis exécutés » (ONG)

Pour l’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH), les jeunes décédés dans la nuit du 22 au 23 juillet dans le commissariat de l’ancien Chantier de construction navale (CHACONA) au nord de (...)

Ethiopie : la police conclut au suicide du directeur de barrage de la Renaissance (média)

La police a conclu au suicide dans l’enquête sur la mort du directeur de projet controversé du grand barrage de la Renaissance, sur le Nil Bleu, ont annoncé vendredi les médias d’Etat éthiopiens. Le (...)

Commentez