Burkina Faso : Human Right Watch dénonce des meurtres commis par des terroristes et l’armée burkinabè

L’ONG de défense des droits humains, Human Right Watch (HRW) a rendu public ce lundi 21 mai 2018 un rapport de 67 pages. Dans ce rapport, elle accuse des terroristes et l’armée burkinabè, « de meurtres et d’abus  » contre des civils, dans le conflit au Sahel.

Dans son rapport, « Le jour, nous avons peur de l’armée, et la nuit des djihadistes », l’ONG HRW soutient que « des groupes islamistes armés au Burkina Faso ont exécuté des collaborateurs présumés du gouvernement, intimidé des enseignants et répandu la peur parmi les civils dans tout le pays ».

Elle dit avoir documenté « les meurtres présumés s’apparentant à des exécutions de 19 hommes de 12 villages, perpétrés par des groupes islamistes armés ». Elle note aussi que « des groupes armés islamistes ont également tué 47 civils lors de deux attaques à Ouagadougou en 2016 (café Cappuccino) et en 2017 (café Aziz Istambul)  ».

Mais HRW trouve que des agents des Forces de défense et de sécurité du Burkina Faso se sont également rendus coupables «  d’exactions  », dans le cadre de la lutte contre le terrorisme au Sahel.

Corinne Dufka, Directrice pour la région du Sahel au sein de Human Rights Watch a déclaré que, «  l’insécurité croissante au Burkina Faso a conduit à des crimes terribles commis tant par des groupes armés islamistes que par des membres des forces de sécurité de l’Etat ».

On peut lire dans le sommaire du rapport que « des témoins ont également impliqué des membres des forces de sécurité du Burkina Faso dans au moins 14 exécutions sommaires présumées, et ont déclaré que quatre autres hommes sont morts de sévères traitements présumés en détention. Les forces impliquées comprennent des militaires, des gendarmes et, dans une moindre mesure, des membres de la police ».
Pour Human Rights Watch, «  les groupes armés islamistes et les forces gouvernementales devraient mettre fin aux abus et aux menaces contre les civils et les détenus  ».

L’ONG a invité le gouvernement burkinabè à «  tenir sa promesse d’enquêter sur les allégations d’abus et prendre des mesures concrètes pour empêcher d’autres violations.  »

Et Corinne Dufka de conclure que, « la logique consistant à tuer et à maltraiter des suspects au nom de la sécurité ne ferait qu’alimenter et approfondir l’insécurité au Burkina Faso  ».

Alice Suglimanie THIOMBIANO
Refletafrique.net

Dans la même rubrique

Situation sécuritaire au Burkina Faso : On s’en remet aux marches de soutien

Le 29 septembre 2018, l’opposition politique rassemblait ses membres et sympathisants à la place de la nation pour un meeting puis une marche à travers quelques artères de la ville de Ouagadougou. (...)

RDC : Une journaliste détenue pour diffamation

La journaliste Sylvanie Kiaku est détenue provisoirement pour diffamation. Cela fait plus d’une semaine que la journaliste congolaise est détenue à la prison centrale de Kinshasa. Le 10 octobre (...)

Burkina Faso : La SONABHY dément la Rumeur sur une pénurie de carburant demain 03 octobre

Des messages circulent depuis quelques heures sur les réseaux sociaux annonçant un mouvement des transporteurs et invitant les populations à se ravitailler en produits pétroliers. Dans le communiqué (...)

73e session de l’ONU : Le ministre Alpha Barry présente le Présimètre

Débutés le 18 septembre 2018, les travaux de la 73e session ordinaire de l’Assemblée générale de l’ONU se poursuivent. Ce jeudi 27 septembre 2018, le ministre des Affaires étrangères et de la (...)

Commentez