Un acteur nigérian envisage d’épouser sa poupée sexuelle

Benjamin Nwachukwu alias Shuga Shaa, acteur et comédien nigérian vient de raviver la polémique sur les poupées sexuelles. Depuis quelques temps déjà, la starlette nigériane s’affiche sur ses réseaux sociaux en compagnie d’une poupée en silicone soigneusement entretenue : perruque, vernis à ongles, vêtements de marque.

Mais l’acteur de Nollywood ne s’est pas arrêté là. Dans un entretien avec la BBC Igbo, il a notamment affirmé qu’il comptait demander en mariage sa nouvelle « partenaire ». . «  Tonto Shaa (du surnom de sa poupée, Ndlr) est une femme et devrait être traitée comme telle », a-t-il dit. «  Elle me donne la tranquillité d’esprit, zéro drame, il n’y a aucune chance de souffrir d’un chagrin d’amour avec elle », a-t-il ajouté, assurant qu’il avait informé sa mère de cette « relation » et que celle-ci ne trouvait aucun inconvénient.

Opération marketing ou intention réelle ? Difficile de le dire. Mais sur les réseaux sociaux, chacun y va de son commentaire. Certains ont exprimé leur dégoût et qualifié l’acteur de « psychopathe  ». Pour d’autres, cependant, le jeune homme joue tout simplement de la comédie.

Sur le continent, les rumeurs de présence de poupées sexuelles venues d’Asie ont créé une vive controverse. En Zambie, par exemple, le Parlement a strictement interdit l’importation de ces poupées, bien qu’on ne sache encore exactement sur quels marchés elles sont vendues dans les capitales africaines.

Dans la même rubrique

Une fillette d’un an survit miraculeusement après être tombée sous le train

La scène s’est produite mardi dans une gare de Mathura, dans l’Etat de l’Uttar Pradesh, au nord de l’Inde. Une famille venait de monter dans le train lorsque le père s’est fait voler son portefeuille (...)

Stressés par la vie quotidienne, ils paient pour être mis en prison

En Corée du Sud, certains habitants ont trouvé un moyen de faire baisser la pression. Stressés par leur travail et les exigences de la vie quotidienne, ils paient pour être mis en prison et être (...)

Commentez