Turquie : le président Erdogan investi ce lundi avec des pouvoirs élargis

En Turquie, après sa double victoire aux élections législatives et présidentielle du 24 juin, Recep Tayyip Erdogan prête serment ce lundi 9 juillet après-midi pour un nouveau mandat aux pouvoirs considérablement élargis. Le président turc n’a pas l’intention d’assouplir son régime et il a d’ailleurs donné le ton, ce week-end, en limogeant plus de 18 000 fonctionnaires. Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev assistera à l’investiture.

Le système politique que Recep Tayyip Erdogan inaugure en même temps que son nouveau mandat lui offre le soutien institutionnel et légal pour imposer sa conception du pouvoir. Autrement dit, un régime sans réels contrôles, où tout dépend de la volonté du chef désigné par les électeurs, ou du moins la moitié d’entre eux, dans le cas de Tayyip Erdogan.

A compter de ce lundi, la Turquie n’a plus de Premier ministre. Le président est à la fois le chef de l’Etat, de l’exécutif, des armées et du parti au pouvoir. Le Parlement est marginalisé, la haute juridiction dominée par le président.

Une opposition impuissante

Pour les citoyens turcs, cela veut dire, sans doute, une justice encore plus expéditive, des décrets présidentiels contre lesquelles l’opposition n’aura pas de marge de manœuvre et un contrôle sur la société - des médias aux associations - encore plus resserré.

Cela fait déjà 15 ans que Recep Tayyip Erdoğan est au pouvoir et ce nouveau mandat de cinq ans l’emmène jusqu’en 2023, année du centenaire de la République. Plus que jamais, le dirigeant se pose en fondateur de ce qu’il appelle « la nouvelle Turquie », un régime où l’état d’urgence est devenu le droit commun.
Avec RFI

Dans la même rubrique

Au Cameroun, les résultats controversés de la CNR donnent Biya vainqueur

La Commission nationale de recensement a achevé sa part de travail dans le cadre de la présidentielle du 07 octobre au Cameroun. Dans un rapport transmis ce 15 octobre au Conseil constitutionnel, (...)

Commémoration de l’assassinat de Thomas Sankara« On se dit pas sankariste et on est corrompu jusqu’à la moelle épinière », dixit Justin Wahir Somé

A l’orée de la commémoration de l’assassinat du président Thomas Sankara, Les Progressistes Unis pour le Renouveau (PUR) étaient face à la presse le samedi 13 octobre dernier à Ouagadougou. Cette (...)

« Erdogan Not Welcome » : manifestation à Berlin contre la visite du président turc

Le président turc Recep Tayyip Erdogan achève ce samedi 29 septembre une visite d’État de deux jours en Allemagne. Après des rencontres vendredi avec le président de la République Steinmeier et la (...)

Assemblée générale de l’ONU : affluence de chefs d’Etat malgré de grands absents

La 73e Assemblée générale des Nations unies s’ouvre ce mardi 25 septembre 2018 avec les prises de parole très attendues, notamment celles des présidents Trump, Macron et Rohani. Cette année, ils sont (...)

Commentez