Turquie : le président Erdogan investi ce lundi avec des pouvoirs élargis

En Turquie, après sa double victoire aux élections législatives et présidentielle du 24 juin, Recep Tayyip Erdogan prête serment ce lundi 9 juillet après-midi pour un nouveau mandat aux pouvoirs considérablement élargis. Le président turc n’a pas l’intention d’assouplir son régime et il a d’ailleurs donné le ton, ce week-end, en limogeant plus de 18 000 fonctionnaires. Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev assistera à l’investiture.

Le système politique que Recep Tayyip Erdogan inaugure en même temps que son nouveau mandat lui offre le soutien institutionnel et légal pour imposer sa conception du pouvoir. Autrement dit, un régime sans réels contrôles, où tout dépend de la volonté du chef désigné par les électeurs, ou du moins la moitié d’entre eux, dans le cas de Tayyip Erdogan.

A compter de ce lundi, la Turquie n’a plus de Premier ministre. Le président est à la fois le chef de l’Etat, de l’exécutif, des armées et du parti au pouvoir. Le Parlement est marginalisé, la haute juridiction dominée par le président.

Une opposition impuissante

Pour les citoyens turcs, cela veut dire, sans doute, une justice encore plus expéditive, des décrets présidentiels contre lesquelles l’opposition n’aura pas de marge de manœuvre et un contrôle sur la société - des médias aux associations - encore plus resserré.

Cela fait déjà 15 ans que Recep Tayyip Erdoğan est au pouvoir et ce nouveau mandat de cinq ans l’emmène jusqu’en 2023, année du centenaire de la République. Plus que jamais, le dirigeant se pose en fondateur de ce qu’il appelle « la nouvelle Turquie », un régime où l’état d’urgence est devenu le droit commun.
Avec RFI

Dans la même rubrique

Présidentielle à Madagascar : peu d’affluence dans les bureaux de vote

Un peu moins de 10 millions d’électeurs sont appelés à élire leur président à Madagascar pour le deuxième tour de l’élection présidentielle. Il s’agit de départager les deux finalistes, deux ex-présidents, (...)

Belgique : le Premier ministre Charles Michel démissionne

Le Premier ministre belge Charles Michel a annoncé ce mardi 18 décembre au soir sa démission devant la Chambre des représentants députés. Il s’est ensuite rendu au palais royal pour présenter (...)

G20 : l’Argentine, un pays hôte en délicatesse sur le plan économique

Le président français Emmanuel Macron est arrivé mercredi 28 novembre 2018 en Argentine, pour une visite officielle de 24 heures à l’invitation de Mauricio Macri, dont le pays accueille à partir de (...)

France : Macron veut reprendre la main face à la fronde des « gilets jaunes »

Comment réagir face aux « gilets jaunes » ? Après un samedi certes moins mobilisateur qu’il y a sept jours, mais marqué par les violences parisiennes et la volonté de poursuivre le mouvement, le chef de (...)

Commentez