Francophonie : RSF inquiet de la candidature la Rwandaise Louise Mushikiwabo

Reporters sans Frontières (RSF) s’est "inquiété" le mercredi 11 juillet 2018 de la candidature à la tête de la Francophonie de la Rwandaise Louise Mushikiwabo. Elle est ministre d’un pays qui « dispose de l’un des pires systèmes de répression à l’égard des médias et des journalistes », selon l’ONG.

Au classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF en 2018, le Rwanda est 156e sur 180 pays classés. Parmi les 58 Etats membres de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), « seuls cinq pays ont un bilan pire que le Rwanda en matière de liberté d’information », estime l’organisation de défense des journalistes dans un communiqué.

La cheffe de la diplomatie rwandaise Louise Mushikiwabo. Elle fait figure de favorite pour prendre la direction de l’OIF lors du prochain sommet de cette organisation, en octobre. Elle avait notamment reçu le soutien de l’Union africaine (UA) au début du mois.

Comment l’OIF « va-t-elle pouvoir favoriser le pluralisme des médias et la liberté de la presse conformément à ses objectifs en matière de droits de l’homme, si elle est dirigée par l’une des principales dirigeantes d’un Etat qui piétine le droit à l’information et réprime les journalistes depuis 18 ans », s’interroge dans ce communiqué Christophe Deloire, secrétaire général de RSF.

Pour M. Deloire, « c’est la capacité de l’OIF à défendre les médias et les journalistes libres comme acteurs incontournables du développement dans l’espace francophone qui est en jeu ».

Le communiqué que « censure, menaces, arrestations, violences, assassinats... Le régime dirigé d’une main de fer par (le président rwandais) Paul Kagame depuis 2000, et dont Louise Mushikiwabo est ministre depuis près de 10 ans, dispose de l’un des pires systèmes de répression à l’égard des médias et des journalistes. Son président occupe une place de choix dans la galerie des prédateurs de la presse constituée par RSF ».

Selon RSF, depuis 1996, huit journalistes ont été tués ou sont portés disparus au Rwanda et 35 ont été contraints à l’exil. « Ces dernières années, le nombre d’exactions enregistrées par notre organisation a baissé mais la censure reste omniprésente et l’autocensure la règle pour éviter de faire partie du tableau de chasse du régime » rwandais, relève le communiqué.

Le prochain sommet de l’OIF se tiendra les 11 et 12 octobre en Arménie. Après quatre ans de mandat à la tête de l’organisation, la Canadienne Michaëlle Jean est candidate à sa propre succession.

Le président français Emmanuel Macron appuie de son côté la démarche de la candidature rwandaise. Selon lui, Paris permettrait de ramener la direction de l’OIF en Afrique.

refletafrique.net

Dans la même rubrique

Nigeria : 4ème Forum annuel de l’entrepreneuriat de la Fondation Tony Elumelu annoncé pour le 25 octobre 2018

5 000 entrepreneurs seront accueillis à Lagos pour le plus grand rassemblement d’entrepreneurs en Afrique. La Fondation Tony Elumelu (TEF), la plus importante organisation philanthropique d’Afrique (...)

Burkina Faso : Une délégation du gouvernement en visite sur le site d’accueil des personnes vivant en rue de Somgandé.

Le premier ministre, accompagné de quelques membres du gouvernement sont allés toucher du doigt la stratégie de mise en œuvre des activités de retrait des personnes vivant en rue. C’était dans la (...)

Catastrophe à Gênes : des funérailles nationales controversées

En Italie, à Gênes, les secours s’affairent toujours dans les décombres du pont Morandi pour tenter de retrouver les cinq personnes encore portées disparues. Toute la classe politique italienne est (...)

Familles de migrants séparées : le gouvernement américain se défausse sur l’ACLU

Aux Etats-Unis, la crise des familles de migrants clandestins séparés est loin d’être terminée. Si plus de 1 400 enfants ont pu être remis à leurs parents ou à des proches, des centaines d’autres sont (...)

Commentez